De l'aide pour les militaires qui veulent du pot médicinal

Le commerce, qui se décrit comme un «dispensaire... (Archives La Presse)

Agrandir

Le commerce, qui se décrit comme un «dispensaire de cannabis médicinal», vendait sans se cacher du cannabis, des cocottes, des muffins et des bonbons au pot.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un groupe de promotion du cannabis thérapeutique entend ouvrir dès que possible un bureau à Québec afin d'aider les militaires - et tout autre malade chronique - à obtenir et consommer de l'herbe.

Déjà, l'organisation Marijuana pour Trauma compte 13 bureaux à travers le pays dans des villes qui évoquent parfois les noms de bases de la Défense nationale : Saint-Jean-sur-Richelieu, Trenton, Kingston... Et bientôt la capitale québécoise, connue pour sa Citadelle et la garnison Valcartier? «C'est ça notre but d'en ouvrir un dans la région.» Quand? «En dedans d'un an», annonce le gestionnaire national des opérations, Jean-Guy Bourguignon, en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

Pourquoi Québec? «Parce qu'il y a une demande. [...] Il y a beaucoup de militaires de la région qui nous appellent, qui ont besoin d'assistance.»

Contrairement à la boutique Weeds : Herbes et Curiosités fermées par les policiers de Québec fin août, il ne sera pas question d'y vendre du pot, prévient M. Bourguignon. Il insiste : Marijuana pour Trauma n'est pas un dispensaire. «On associe les patients avec les médecins et les producteurs licenciés.» Une espèce d'intermédiaire, donc.

Créée par des vétérans, l'entreprise compte sur une clientèle majoritairement militaire : plus de 80 % des membres sont issus des rangs, évalue notre interlocuteur.

Populaire Marie-Jeanne

Il faut dire que Marie-Jeanne est de plus en plus populaire chez les hommes et les femmes qui ont porté l'uniforme. Le Vérificateur général nous apprenait, plus tôt cette année, que les contribuables canadiens rembourseront pour 25 millions $ de pot médical aux anciens combattants en un an. Il y a trois ans, la facture n'était que de 400 000 $.

Les portes de Marijuana pour Trauma sont cependant grandes ouvertes à tous les citoyens qui aimeraient en apprendre plus sur le produit; des cancéreux aux premiers répondants souffrant du syndrome de stress post-traumatique en passant par les proches de personnes âgées prenant beaucoup de médicaments, explique Jean-Guy Bourguignon.

Le groupe ne joue pas que l'entremetteur, ajoute-t-il. Il épaule la clientèle : aide à trouver un médecin qui connaît et prescrit le cannabis, soutien pour les vétérans voulant faire une demande de remboursement, directive pour la consommation... Ils ont des «coaches de cannabis». Ceux-ci offrent même des cours de cuisine. Pardon? «Une grosse majorité ne le fument pas. Ils le consomment en capsules ou dans leur nourriture», soutient-il.

Pourcentage sur les ventes

Et comment tous ces services sont-ils financés? Un peu comme les pharmacies et les centres médicaux, répond M. Bourguignon. Marijuana pour Trauma reçoit un pourcentage sur les prescriptions et les ventes des producteurs. Et beaucoup de bénévoles, issus de la clientèle, participeraient aux activités.

Marijuana pour Trauma sera de passage à Québec samedi pour une séance d'information sur l'utilisation des cannabinoïdes dans le traitement des douleurs chroniques et du stress post-traumatique. Sera présent le coordonnateur clinique de l'organisation, François Hallé. Mais aussi deux représentants d'une entreprise autorisée par l'État à cultiver et vendre de l'herbe, Hydropothecary de Gatineau. La rencontre a lieu entre 10h et 15h30 à l'hôtel Plaza de Québec. Qui peut y aller? «N'importe qui qui a besoin d'aide. C'est ouvert à tout le monde qui a besoin d'information sur le cannabis médical.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer