Faire le point 20 ans après la création des CPE

La commission sur la petite enfance, qui sera... (Archives Le Droit)

Agrandir

La commission sur la petite enfance, qui sera de passage à Québec en novembre, travaillera dans un contexte où le réseau des Centres de la petite enfance vient de subir des compressions de l'ordre de 120 millions $ provoquées par la réforme gouvernementale du financement des services de garde.

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Presque 20 ans après le lancement de la politique familiale au Québec, une commission sur la petite enfance consultera les parents, les associations, les experts et les organismes pour faire le point sur les forces et les faiblesses, les acquis et les progrès réalisés.

Fait particulier : ce n'est pas le gouvernement qui a commandé ou qui finance cette commission et cette consultation, mais l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et ses partenaires. Mais pour assurer son indépendance, l'AQCPE a confié le mandat à l'Institut du Nouveau Monde.

Néanmoins, le ministre de la Famille et de l'Éducation, Sébastien Proulx, assistait au lancement de la Commission sur l'éducation à la petite enfance, lundi à Montréal, aux côtés de l'ancien premier ministre Lucien Bouchard, qu'il a présenté comme «l'initiateur de la politique familiale», il y a 20 ans.

Le ministre Proulx, qui a annoncé la semaine dernière une consultation sur la réussite éducative, a estimé qu'«il est temps de faire le point sur ces deux réseaux-là». Il s'est dit «heureux» de voir que la démarche de réflexion se fasse «à l'extérieur du gouvernement».

«Depuis des années, on est sur un mode défensif dans une conversation qui tourne autour des dépenses pour la petite enfance. Aujourd'hui, on veut élever le débat et parler d'investissement, et de retour sur l'investissement», indique Louis Sénécal, président de l'AQCPE.

Selon lui, le gouvernement actuel est en train d'opérer un «changement de cap» en matière de petite enfance. «Que le ministre de l'Éducation dise que l'éducation, ça commence bien avant l'école, pour nous, c'est une victoire», lance M. Sénécal.

120 millions $ en moins

Cette commission, qui sera de passage à Québec en novembre, travaillera néanmoins dans un contexte où le réseau des Centres de la petite enfance vient de subir des compressions de l'ordre de 120 millions $ provoquées par la réforme gouvernementale du financement des services de garde.

Louis Sénécal a laissé entendre que son réseau était toujours convaincu des effets néfastes de ces compressions budgétaires et qu'il travaille présentement à en démontrer les effets, exemples à l'appui.

L'ancien premier ministre péquiste Lucien Bouchard, de son côté, a plaidé pour l'importance de la politique familiale, souvent décrite comme un fleuron du Québec. «On dit souvent que ça coûte très cher, sous-entendu : trop cher. C'est considérable les sommes qui y sont investies. Il n'y a pas de pays au monde qui en font autant que le Québec dans ce secteur-là», a-t-il souligné. Avec Patricia Cloutier

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer