2000 musulmans à Charny pour la «grande fête»

Plus de 2000 musulmans de la région de... (Collaboration spéciale Normand Provencher)

Agrandir

Plus de 2000 musulmans de la région de Québec se sont déplacés au stade Honco de Charny, tôt lundi matin, afin d'assister à une cérémonie marquant le début de la fête de l'Aïd El-Kebir, la plus importante de l'islam.

Collaboration spéciale Normand Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus de 2000 musulmans de la région de Québec ont convergé vers Charny, lundi, afin d'assister à une cérémonie matinale marquant le début de la fête de l'Aïd El-Kebir (ou la «grande fête», aussi appelée Aïd Al-Adha, la «fête du sacrifice»), une célébration qui s'étend sur trois jours et qui marque la fin du hadj, le pèlerinage à La Mecque.

Hommes et femmes de tous âges, dont de nombreuses familles, ont écouté religieusement les incantations et le sermon de l'imam Mohamed Allani, avant d'échanger des voeux à l'extérieur du stade Honco, loué pour l'occasion dès 6h30. Plusieurs fidèles avaient pris soin d'apporter leur tapis de prière pour assister à la cérémonie qui a pris fin une heure et demie plus tard.

L'Association des étudiants musulmans de l'Université Laval, qui compte quelque 600 membres, avait nolisé deux autobus pour transporter des fidèles jusque sur la Rive-Sud. Le député libéral fédéral Joël Lightbound comptait parmi ceux qui ont accepté l'invitation.

Dans la tradition musulmane, l'Aïd El-Kebir commémore la volonté d'Ibrahim de sacrifier son fils Ismaël au nom de Dieu. Dans le Coran, l'archange Jibril (Gabriel) lui substituait l'enfant au dernier moment par un bélier, d'où la tradition de sacrifier un animal en guise d'offrande, le plus souvent un mouton. Selon le rituel, la viande du sacrifice est répartie en trois parties égales : l'une pour la famille, la deuxième pour les voisins, amis, collègues et connaissances, et la troisième pour les pauvres.

Guide d'abattage

À cet égard, le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Yangui, se dit en accord avec le document d'information publié la semaine dernière sur le site du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) relativement à la façon d'encadrer l'égorgement rituel de la bête.

«Je suis d'accord avec ces règles. Nous les avons d'ailleurs dictées aux fidèles à la prière du vendredi», mentionne M. Yangui, précisant que la mise à mort de l'animal se déroule dans des «abattoirs agréés» respectant la réglementation. Si quelques musulmans se rendent dans ces endroits pour assister à l'abattage de l'animal, précise-t-il, la plupart commandent leur viande à un boucher autorisé qui se chargera du travail et découpera les pièces de viande «selon les besoins de la personne».

Le MAPAQ a reçu l'an dernier 60 plaintes en rapport à l'abattage d'animaux à l'Aïd El-Kebir, 10 fois plus que l'année précédente. Dans notre édition de samedi, un porte-parole gouvernemental expliquait cette augmentation par «la sensibilisation des gens et la médiatisation de certains événements».

Incidents isolés

De l'avis de M. Yangui, la population musulmane a doublé depuis une décennie dans la région de Québec, atteignant aujourd'hui entre 10 000 et 12 000 personnes. «Beaucoup de nos enfants pourront dire dans quelques années qu'ils sont des Québécois de souche.»

Le ressentiment éprouvé par certains citoyens à l'égard de l'islam ne se vérifie pas au quotidien, observe-t-il. «Il y a des incidents isolés, mais ce n'est pas récurrent. Québec est une ville très tolérante. La population est ouverte. Le problème vient surtout de certains médias qui véhiculent des faussetés, en toute ignorance, sans savoir ce qu'est réellement l'islam.»

L'islam est une religion «de paix et d'ouverture», insiste le porte-parole, invitant du même souffle les citoyens de toutes confessions religieuses à assister, dimanche après-midi, à un barbecue qui se tiendra à l'arrière de la mosquée sise au 2877, chemin Sainte-Foy. Les organisateurs comptent préparer «entre

30 et 50 repas» qu'ils souhaitent donner aux déshérités de La Maison de Lauberivière si la direction accepte leur offre. Il n'a pas été possible de joindre un membre de l'organisation caritative lundi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer