Le Squat Basse-ville ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept

Le président du conseil d'administration du Squat Basse-Ville, David... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le président du conseil d'administration du Squat Basse-Ville, David Gaudreault, et la directrice générale, Véronique Girard

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis lundi, le SQUAT Basse-Ville offre des services 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, aux adolescents en fugue ou en situation d'itinérance. La direction espère maintenir cet horaire au minimum pour les trois prochaines années, après une trop longue période trouble.

«Notre financement est pas mal assuré pour les trois prochaines années. Il n'y a pas trop d'inquiétudes à avoir. On a redoré l'image du SQUAT», mentionne avec fierté la directrice générale Véronique Girard, qui compte maintenant sur la collaboration de 11 intervenants. L'élargissement de l'horaire à du 24/7 est un «filet social» indispensable pour que l'organisme puisse assurer sa mission, poursuit-elle.

Depuis mars 2013, en raison de difficultés budgétaires, SQUAT Basse-Ville, situé rue Notre-Dame-des-Anges, ne pouvait offrir de services de 10h à 16h. Un «trou dans l'horaire» qui se conjuguait mal avec les besoins de sa jeune clientèle «qui ne savait alors pas où aller».

Les adolescents qui trouvent refuge au SQUAT fuient le plus souvent une dynamique familiale dysfonctionnelle. Ils peuvent être hébergés pendant quelques nuits, le temps de mieux voir clair dans leur situation. Des intervenants sociaux les accompagnent afin d'éviter de les voir finir dans la rue.

190 nuits depuis le début de l'année

Depuis le début de l'année, une soixantaine de jeunes sont passés par le SQUAT, pour un total de 190 nuits. «Maintenant, ils peuvent passer trois nuits maximum, suivis de cinq jours de carence où ils peuvent seulement venir ici pour parler ou manger, explique Véronique Girard. Ils doivent apprendre à vivre leur malaise. Avant, c'était 10 jours de carence. On se retrouvait avec des jeunes mal amanchés.»

Une subvention de 190 000 $, en provenance de Centraide, de la Ville de Québec et de quatre fondations privées, a permis au SQUAT cette reprise totale de ses activités.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer