Une rentrée plus positive, selon la Fédération des commissions scolaires

Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires... (Archives La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Archives La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La rentrée scolaire 2016 s'annonce nettement plus positive que les précédentes, selon la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ).

La fin de la période des compressions a sonné et de nouveaux contrats de travail ont été signés, se réjouit sa présidente Josée Bouchard en entrevue à La Presse canadienne.

Cette «ère très morose» qui a amputé le réseau de l'éducation d'un milliard de dollars au cours des dernières années est enfin derrière nous, souffle-t-elle.

De plus, aucune menace de grève ne plane sur le réseau et le projet de loi 86 sur la réforme de la gouvernance scolaire - qui divisait les acteurs du milieu - a été abandonné par le gouvernement.

«Ça nous fait du bien d'avoir un message positif», lance-t-elle en référence aux récents investissements en infrastructures annoncés par le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx.

«C'est un excellent début» qui répond à des besoins réels, souligne-t-elle. Mais il ne faut pas oublier l'important rattrapage qui doit être effectué dans les services aux élèves en difficulté, rappelle Mme Bouchard.

«On est fin prêt à collaborer avec le ministre et son gouvernement pour faire en sorte qu'on puisse tous ensemble se relever les manches pour la réussite des élèves», dit-elle parlant d'un «tournant nécessaire» en éducation.

Vision à long terme

Mme Bouchard espère que le rendez-vous annoncé par le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx pour doter le Québec d'une «politique sur la réussite éducative» sera le véritable déclencheur d'une vision à long terme.

La FCSQ souhaite que le Québec se dote d'une politique nationale de l'éducation pour assurer une stabilité du financement et garantir une place de choix à l'éducation dans les politiques gouvernementales.

«[On doit] pouvoir être capables de se donner une véritable vision commune de l'éducation qui pourrait outrepasser les intérêts politiques et [il faut] que cette politique puisse transcender les partis et les gouvernements», explique Mme Bouchard.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer