Festibière: le pot Mason à la rescousse!

Quelque 75 exposants, en majorité des microbrasseries québécoises,... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Quelque 75 exposants, en majorité des microbrasseries québécoises, sont présents au Festibière jusqu'à dimanche.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les dizaines de milliers de verres commandés par le Festibière de Québec pour sa septième présentation sont demeurés coincés sur un cargo en mer et ne se sont jamais rendus à destination. En moins d'une semaine, l'organisation a dû se trouver une cargaison de rechange et s'est tournée... vers le pot Mason!

Il serait difficile d'imaginer un Festibière sans son verre emblématique, qui change de forme chaque année. «Le verre, c'est un article souvenir. Les gens le gardent année après année. Les gens paient pour le verre, pour l'expérience et les spectacles. C'est important pour nous qu'on offre ça», a expliqué Alex Caron, organisateur et cofondateur du festival, rencontré par Le Soleil vendredi.

En d'autres mots, le contenant représente en quelque-sorte le billet d'entrée pour les festivaliers qui s'agglutinent depuis 2010 dans l'Espace 400e, a-t-il précisé. Vendu au coût de 15 $, il est «le revenu primaire» du Festibière.

Imaginez comment l'organisation a réagi lorsqu'elle a su, à moins d'une semaine du début de l'évènement, qu'elle ne recevrait pas sa commande à temps. Livrés par bateau depuis la Chine, les milliers de verres sont demeurés coincés sur un navire marchand, quelque part en chemin au beau milieu de l'océan. «Vendredi dernier, on a appris que le cargo n'arriverait pas», a raconté M. Caron. «Oui, il y avait du stress.»

Pour ce qu'en sait l'organisation, le navire a connu un bris mécanique au large qui l'a forcé à s'immobiliser. «Les verres n'arriveront pas avant encore deux semaines.»

M. Caron et ses collègues savaient que des retards s'étaient accumulés dans la livraison, mais rien ne laissait présager un tel imprévu. En à peine cinq jours, l'équipe du Festibière a donc dû trouver un stock de contenants de rechange. Il en fallait suffisamment pour satisfaire les 125 000 visiteurs attendus en quatre jours, de jeudi à dimanche. «Toute l'équipe s'est virée de bord et on s'est mis en mode solutions.»

Le Festibière est finalement tombé sur un pot Masson qui ferait l'affaire chez un autre fournisseur. «On a acheté la quantité totale», a poursuivi Alex Caron. Le tout a été envoyé par camion nolisé vers la Floride, chez un imprimeur. «Il y a vingt personnes qui ont travaillé dans une usine d'imprimerie pour réussir à faire les verres. Il a fallu qu'ils trouvent l'espace pour loger tout ça et pour finir la commande.»

Deux camions ont ensuite fait le trajet de la Floride jusqu'au Québec. «Les verres sont arrivés à 3h du matin jeudi, 8 heures avant l'ouverture des portes.»

Quelques festivaliers ont remarqué que les verres fournis à l'entrée n'étaient pas ceux présentés sur les affiches promotionnelles du Festibière 2016. Quelques plaintes, quoique marginales de l'avis de l'organisation, ont même été formulées. Alex Caron demeure entièrement satisfait du défi relevé par son équipe avec si peu de préavis.

Point positif, l'organisation n'aura pas à gérer sa commande de verres l'an prochain. «On va déjà les avoir!»

Quelque 75 exposants, en majorité des microbrasseries québécoises, sont présents au Festibière jusqu'à dimanche. La délégation belge est de retour cette année et offre encore une fois des produits exclusifs au Festibière. Parmi les nouveautés, notons la présence d'un bar de mixologie.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer