La CAQ interdirait le burkini

Sur les plages tunisiennes, il n'est pas rare... (AFP, Fethi Belaid)

Agrandir

Sur les plages tunisiennes, il n'est pas rare de voir des femmes porter le burkini, un maillot qui couvre l'ensemble du corps. Le débat sur le port de cette combinaison s'est transporté jusqu'en France.

AFP, Fethi Belaid

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard devrait trouver le «courage» de contourner les chartes pour interdire le port du burkini au Québec, soutient la caquiste Nathalie Roy. Une proposition hachée menue par les autres partis.

Interrogée au sujet de la controverse qui sévit en France où des stations balnéaires ont interdit le port du vêtement, la ministre Christine St-Pierre a insisté sur la délicatesse de la question.

«Est-ce qu'on dit à ces femmes : "Restez chez vous, n'en sortez pas, restez dans votre isolement"? a demandé la ministre des Relations internationales. Nous, ici, je pense qu'on a une certaine tolérance.»

La ministre libérale a souligné que les chartes canadienne et québécoise des droits et libertés protègent la liberté d'expression. «Poser la question, c'est y répondre, a affirmé Mme St-Pierre. Dans l'espace public, c'est très difficile d'interdire.»

En matière de signes religieux, les libéraux prônent que les services gouvernementaux soient rendus et reçus à visage découvert pour «des raisons de sécurité». 

À la Coalition avenir Québec, la députée Nathalie Roy exhorte le gouvernement libéral à interdire le burkini, un maillot qui couvre l'ensemble du corps. «Je suis convaincue que Mme St-Pierre aimerait voir sa fille porter un burkini et que quelqu'un lui impose d'en porter un, ironise la députée de Montarville. [...] Est-ce qu'il y en a des burkinis en Arabie Saoudite? M. Couillard a vécu là, lui. Peut-être que ça ne l'offense pas. Qu'il demande à une femme si ce n'est pas offensant de voir un burkini.»

Le chef libéral a été cofondateur du service de neurochirurgie de Dhahran, en Arabie Saoudite, entre 1992 et 1996.

La caquiste croit que le gouvernement doit s'entourer «d'éminents juristes et constitutionnaliste» afin de trouver la façon d'interdire le burkini, un «attirail». «C'est trop facile de dire : "Nos chartes, nos chartes, nos chartes, nos chartes", affirme Mme Roy. Il y a des clauses dérogatoires dans nos chartes que l'on peut utiliser. [...] On ne vit pas dans une société aussi arriérée.»

Même si la députée péquiste Agnès Maltais est «extrêmement mal à l'aise» avec le burkini «lorsqu'il est imposé et devient un symbole d'asservissement des femmes», elle ne croit pas réaliste d'en interdire le port. Elle déplore néanmoins le travail du gouvernement en matière de promotion de la laïcité. 

Québec solidaire ne voit pas non plus comment le gouvernement pourrait dicter aux femmes comment elles devraient s'habiller à la plage. La proposition de la CAQ n'est «pas très sérieuse» et brime de toute évidence des libertés fondamentales. 

«Le véritable problème, c'est le terrorisme islamique et ce n'est pas avec un code vestimentaire discriminatoire qu'on lutte efficacement pour l'éradiquer», a fait savoir la députée Manon Massé.

Vallée laisse le choix aux femmes

La ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, croit que les femmes ont le droit de s'habiller comme bon leur semble.

Même celles qui s'habillent de façon «un peu plus choquante», a-t-elle ajouté lorsqu'elle a été interrogée, mercredi, sur cette question du burkini.

Les gens ont le droit à leurs croyances et peuvent s'habiller comme ils le veulent, a commenté la ministre, qui a déposé le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l'État. La mesure législative, qui n'est pas encore adoptée, vise notamment à encadrer les demandes d'accommodements religieux dans certains organismes.

«Une femme a le droit de se vêtir comme elle le souhaite. Les femmes qui sont vêtues de façon un peu plus choquante aussi par moments.»

Mme Vallée ne croit pas que le burkini - contraction de burqa et de bikini - soit très fréquent au Québec. «C'est un débat qui est de l'autre côté de l'océan. On va le laisser de l'autre côté de l'océan», a-t-elle ajouté.  Avec La Presse canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer