Marche pour un registre public des délinquants sexuels

Sophie Dupont a créé sa propre page Facebook... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Sophie Dupont a créé sa propre page Facebook en 2010 demandant un registre public des délinquants sexuels. Cette page compte maintenant plus de 40 000 membres.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Baptisé La marche blanche, un rassemblement aura lieu à Québec le 3 septembre pour demander au gouvernement de Philippe Couillard de mettre sur pied un registre public des délinquants sexuels.

Militant depuis plus d'une décennie pour cette cause, Sophie Dupont a décidé de créer sa propre page Facebook en 2010: le «Registre public des délinquants sexuels au Québec». Sur cette page, elle y affiche des délinquants sexuels en utilisant tous les articles parus dans les médias et les documents juridiques qui lui sont fournis par des victimes. 

Pour l'heure, sa page compte plus de 40 000 membres et près de 750 personnes accusées ou reconnues coupables de crimes à caractère sexuel sur des personnes mineures y sont affichés.

Voulant faire de son organisation quelque chose de plus concret, Mme Dupont a enregistré vendredi dernier son groupe comme organisation sans but lucratif sous le nom P.E.C.A.S. (Protection enfants contre agressions sexuelles) et prévoit maintenant des activités de financement. La fondatrice du mouvement en a fait l'annonce cette fin de semaine sur les réseaux sociaux aux nombreux membres de la page Facebook.

Faire avancer les choses

«Il faut que les choses bougent. Il faut que le gouvernement fasse quelque chose. Cela devrait être fait pas eux et non par nous», a commenté au bout du fil Mme Dupont. «Facebook a fait beaucoup, mais on veut lancer le site officiel du registre. Plusieurs autres groupes nous supportent comme le VASAM [Victimes d'agressions sexuelles au masculin] et les B.A.C.A. [Bikers Against Child Abuse Canada]».

Pour La marche blanche, Mme Dupont affirme que près de 200 personnes ont déjà confirmé leur présence. «Le but de la marche est de ramasser des dons et de demander [au gouvernement] la création d'un registre public. [...] Nous ne nous retirerons pas de Facebook, mais nous voulons un site officiel avec une façon de bien répertorier les délinquants. Il faut au moins 200 $ pour démarrer notre site Internet», indique celle qui avait remis en compagnie de l'ex-députée Sylvie Roy en 2007 une pétition avec 68 300 signatures au Parlement. 

La marche blanche débutera à 13h à partir du Cégep de Sainte-Foy. Le groupe se déplacera par la suite jusqu'à l'Assemblée nationale. L'arrivée est prévue pour 15h.

Mme Dupont espère pouvoir amasser 2000 $ durant la journée. 

«Je suis prête à me battre et à faire beaucoup de choses, mais je pense que les gens doivent faire un petit geste», soutient la dame qui a amorcé sa croisade après que «sa fille ait dénoncé une agression en 2004». «Le but du registre est pour prévenir. Si on savait qui fréquente nos rues, nos cours d'école, ce n'est pas pour tabasser personne, c'est juste pour dire à nos enfants: "Lui, tu n'y vas pas. Tu ne t'approches pas de lui"», conclut la femme qui ne cache pas avoir reçu de nombreuses menaces depuis l'ouverture de sa page Facebook.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer