L'interdiction des pitbulls pas écartée, dit Coiteux

Le titulaire de la Sécurité publique dévoilera «très,... (AP)

Agrandir

Le titulaire de la Sécurité publique dévoilera «très, très bientôt» l'approche choisie par son ministère pour encadrer les pitbulls.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Malgré des recommandations contraires d'un comité de travail qu'il a lui-même mis sur pied, l'interdiction pure et simple des pitbulls dans la province n'est pas écartée par le gouvernement du Québec. «Le rapport n'est pas la décision du gouvernement», tranche le ministre Martin Coiteux.

Martin Coiteux... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Martin Coiteux

François Gervais

Le titulaire de la Sécurité publique dévoilera «très, très bientôt» l'approche choisie par son ministère pour encadrer les pitbulls. Il attend actuellement la version finale d'un rapport du comité de travail avant de partager ses conclusions à ses collègues. Le document est attendu avant le 31 août.

Selon ce que rapportait La Presse Canadienne la semaine dernière, citant le rapport préliminaire, le comité recommandera d'adopter une loi visant à encadrer la possession de chiens dangereux ou potentiellement dangereux, sans viser une race de chien en particulier.

Cette orientation ne vient pas menotter le gouvernement, a indiqué samedi M. Coiteux. «Le rapport n'est pas la décision du gouvernement. Le rapport, c'est quelque chose qu'on utilise dans notre processus pour venir à prendre des décisions», a-t-il déclaré en marge du congrès des jeunes du Parti libéral.

L'interdiction de ces bêtes sur l'ensemble du territoire n'est pas écartée, a-t-il ensuite affirmé. «Il n'y a rien d'exclu. L'important, c'est d'assurer la sécurité du public. C'est ça qu'on va proposer une approche. [...] C'est nous qui représentons l'intérêt public, le gouvernement. Ce n'est pas le comité qui décide. Mais le comité va nous donner des éclairages qu'on va utiliser.»

Martin Coiteux a par ailleurs été appelé à se prononcer sur un reportage de La Presse+, diffusé samedi, voulant que l'Ordre des médecins vétérinaires ait volontairement tu des pans d'études peu élogieux envers les pitbulls dans le rapport.

Le ministre a répondu qu'il s'attendait à un document final «beaucoup plus étoffé» et que le gouvernement aura tout le loisir de poser des questions sur le travail effectué par le comité. Outre les vétérinaires, le comité regroupe des membres des ministères de la Sécurité publique et des Affaires municipales, ainsi que des représentants des grandes associations municipales.

Barrette milite pour l'interdiction

Les antipitbulls auront au moins une voix, et une voix qui porte, au gouvernement libéral. Gaétan Barrette militera pour que cette espèce soit bannie lorsque viendra le temps d'en débattre au caucus.

M. Barrette se base sur son expérience comme médecin pour appuyer sa position. Celui-ci soutient que les morsures de pitbulls sont incontestablement plus dommageables que celles d'autres races de chiens. «Ça devient une question de sécurité publique», a-t-il plaidé samedi.

«Il va y avoir un débat. Un consensus, ça ne veut pas dire unanimité en ce qui me concerne, surtout de ce que j'ai vu dans ma pratique dans le passé et dans mon comté [une attaque sur une fillette à Brossard en 2015, NDLR]. Je pense que c'est un chien dangereux», a ajouté le ministre.

L'approche de M. Barrette dans ce dossier est essentiellement médicale. «Ce que tout le monde sait en médecine, c'est qu'une morsure de pitbull, c'est pas une banale morsure», a-t-il insisté. «Le risque zéro n'existe pas et le risque avec ce chien-là est plus grand qu'avec d'autres chiens [...] Je les ai vus, ces dommages-là, et ce sont des dommages considérables.»

Tout le débat entourant les pitbulls a été relancé par la mort de Christiane Vadnais, le 8 juin dernier, victime d'une attaque par une bête appartenant à un propriétaire du voisinage. Le chien était connu pour avoir été impliqué dans d'autres incidents.

La Ville de Québec fait partie des municipalités qui ont réagi en affirmant son désir d'interdire les pitbulls sur son territoire. La Ville a depuis reculé d'un pas et attend les recommandations du gouvernement avant d'agir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer