Fêtes de la Nouvelle-France

Les mystérieux mousquetaires de la Nouvelle-France

Les 25 membres de la Garde du Lys... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les 25 membres de la Garde du Lys participent à une dizaine d'événements par année avec casaque, tricorne, bottes, guêtres, pistolet et épée.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Y avait-il vraiment des mousquetaires en Nouvelle-France? Si on pose la question à Pierre-Luc Lavallée, capitaine de la Garde du Lys, qui offre des cours d'escrime tous les jours aux Fêtes de la Nouvelle-France, on apprendra que c'est une possibilité, même si rien ne le prouve clairement.

«S'il y en a eu, c'est en 1665, alors que 24 gardes ont été envoyés pour protéger Alexandre de Prouville, marquis de Tracy, gouverneur de Nouvelle-France de mai à septembre 1665. Ils ont navigué de La Rochelle jusqu'aux Caraïbes et sont ensuite remontés en Nouvelle-France en même temps qu'Alexandre de Prouville», explique M. Lavallée.

Le seul hic, c'est que les archives historiques ne précisent pas si ces gardes étaient ou non des mousquetaires. On sait cependant qu'il y avait des mousquetaires en France durant cette période. «Les mousquetaires étaient l'élite de l'armée, de véritables kamikazes qui étaient les premiers sur la ligne de front», indique M. Lavallée en précisant qu'en arrivant en Nouvelle-France, plusieurs soldats français ont troqué leur épée, peu efficace pour les combats en forêt, pour une hache.

Bref, si mousquetaires il y a eu en Nouvelle-France, ils n'étaient que 24 et n'ont passé que quelques mois dans le «nouveau monde».

«Il est également possible que ces 24 gardes aient été des "compagnons", dont l'entraînement n'était pas le même. Les mousquetaires devaient savoir manier l'épée et le mousquet», poursuit M. Lavallée.

Pierre-Luc Lavallée est un peu l'historien de la Garde du Lys, qui fait des reconstitutions historiques en plus d'être une école d'escrime.

Escrime et histoire

Originaires de Montréal, de Lanaudière et de la Montérégie, les 25 membres de la Garde ont vu leur entreprise prendre le tournant de la reconstitution historique à la suite de leur passage aux Fêtes de la Nouvelle-France en 2011.

Depuis, ils participent à une dizaine d'événements par année avec casaque, tricorne, bottes, guêtres, pistolet et épée.

«Tout cet équipement coûte de 3000 $ à 4000 $ par personne», indique Charles Legault, responsable de la sécurité, pendant que ses camarades enseignent l'escrime à des enfants.

Leur équipement est également très chaud, surtout dans une période où le mercure dépasse souvent les 25 °C. «Aujourd'hui, c'est moins pire parce qu'il y a un peu de vent. Il faut cependant s'hydrater suffisamment. L'année passée, notre capitaine a eu une insolation», termine M. Legault.

Une chose est certaine, l'ajout de costumes d'époque donne de la couleur à la pratique de l'escrime en plus de permettre aux membres de la Garde du Lys de se glisser dans la peau des Athos, Porthos, Aramis et D'Artagnan.

Une chose est certaine, l'ajout de costumes d'époque... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Une chose est certaine, l'ajout de costumes d'époque donne de la couleur à la pratique de l'escrime. 

Le Soleil, Yan Doublet

Car les quatre mousquetaires d'Alexandre Dumas ont bel et bien existé. 

«Mais ils ne travaillaient pas tous ensemble dans la vraie vie. 

On sait aussi qu'il y a eu trois capitaines D'Artagnan qui ont été mousquetaires, dont Charles de Batz, qui aurait inspiré le personnage de Dumas», termine Pierre-Luc Lavallée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer