Encadrement des chiens dangereux: stériliser plutôt que bannir

L'Ordre des médecins vétérinaires croit que la stérilisation... (Archives 123rf/Thanawat Wongsuwannathorn)

Agrandir

L'Ordre des médecins vétérinaires croit que la stérilisation des chiens mis en adoption et la formation des propriétaires seraient plus efficaces que le bannissement des races dites dangereuses.

Archives 123rf/Thanawat Wongsuwannathorn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Protéger le public contre les chiens dangereux passe par la stérilisation et le micropuçage du meilleur ami de l'homme, un meilleur contrôle des élevages et de la vente de chiens et une formation des propriétaires, suggère l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

Ce sont là quelques recommandations de l'organisme contenues dans un rapport remis au gouvernement du Québec en juillet. L'Ordre des médecins vétérinaires (OMVQ) participe au comité ministériel de travail pour assurer la sécurité publique et implanter les meilleures pratiques en matière d'encadrement des chiens dangereux partout au Québec. Il a été créé à la suite du décès en juin de Christiane Vadnais, 55 ans, tuée dans sa cour par ce qui est réputé être le pitbull du voisin laissé en liberté à Pointe-aux-Trembles.

Depuis ce terrible événement, la pression populaire incite plusieurs villes à vouloir interdire les pitbulls. D'entrée de jeu, l'Ordre réitère que bannir une race ou un type de chien ne règle pas le problème. «L'étude comparative des pratiques du contrôle animalier dans 36 municipalités canadiennes au cours de l'année 2005 a démontré qu'aucune réduction des cas de morsures n'a pu être observée dans les villes ayant opté pour une réglementation interdisant certaines races.»

Les vétérinaires remettent aussi en doute la capacité des villes à pouvoir appliquer certains règlements qui interdiraient les chiens de type pitbull ou encore à évaluer la dangerosité d'un animal, peu importe la race.

«D'autres races sont considérées à tort comme étant de type pitbull, notamment les bull-terriers, boxers, bulldogs, Old English Bulldogs, American Bullys, Bullmastiffs, Alapaha Blue Blood Bulldogs et perro de presa canarios. L'identification des chiens de type pitbull terrier est donc difficile et se fait généralement par ses caractéristiques physiques.» Une façon de faire considérée comme biaisée et peu fiable.

Voici ce qu'ils disent à propos de l'évaluation du danger que représente un chien basée seulement sur son appartenance à une race : «La réaction d'un chien demeure un facteur très circonstanciel dans le contexte des morsures. Il devient alors délicat, voire impossible, de répondre objectivement à la demande des villes et des propriétaires de ces chiens.»

Pas de risque zéro

Le problème des chiens dangereux ne date pas d'hier, rappelle l'Ordre : «La menace n'émane pas d'une seule race. Au cours des dernières années, ce fut tour à tour le berger allemand, le rottweiler, le doberman, le chow-chow et maintenant le pitbull qui ont fait les manchettes pour leur agressivité qui mettait en danger le public.»

L'OMVQ conclut qu'il serait donc vain de chercher à prévenir toutes les morsures canines... à moins d'interdire le million de chiens que compte le Québec. «L'objectif qui devrait être visé est plutôt de prévenir les morsures anormales», celles qui causent des blessures graves, voire la mort.

Selon l'Ordre, la prévention commence dès le choix des animaux reproducteurs et se poursuit chez l'éleveur. En effet, l'hérédité est considérée comme un facteur de risque pouvant conduire à une morsure. L'Ordre milite donc pour un meilleur contrôle des élevages canins et de la vente des chiens. Actuellement, le Québec a la malheureuse réputation d'abriter plusieurs usines à chiots. Des centaines de ces chiens sont ensuite vendus dans les petites annonces, sans aucun contrôle.

Selon les vétérinaires, tout chien vendu devrait être stérilisé et micropucé pour assurer un suivi, par exemple s'il est mis en adoption.

Enfin, l'Ordre insiste sur l'importance de former les propriétaires de chien. «Il est important de sensibiliser et de former les propriétaires de chiens au langage canin afin d'accroître leur capacité à décoder les avertissements que donne l'animal. Il faut également sensibiliser les propriétaires de chiens aux différents types d'agressions, à leurs causes et à leur prévention.» 

Tout comme il faut aussi sensibiliser la population par l'intermédiaire d'une campagne provinciale, principalement autour des enfants. Un sondage sur les morsures canines au Québec réalisé en 2010 démontre que les enfants de moins de 12 ans avaient subi, sur une période de 12 mois, 45 000 morsures et représentaient 27 % des victimes.

Le rapport de l'OMVQ est disponible à l'adresse suivante

Sévir, la solution

Les mesures que propose l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) ne sont efficaces que si les villes et le gouvernement du Québec appliquent les règlements et sévissent à la moindre dérogation, estime l'organisation. L'OMVQ cite Calgary comme modèle à suivre.

«En adoptant une approche centrée sur la responsabilisation des propriétaires et une application rigoureuse de ses règlements municipaux, Calgary a graduellement réduit de 78 % son taux d'incidents impliquant les chiens.»

Le comité de travail mis sur pied compte aussi parmi ses participants l'Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités. Les résultats de cette consultation devraient être connus à la fin de l'été. Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, souhaite une mise en application d'une réglementation uniformisée sur tout le territoire dès l'automne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer