Pont-Rouge obtient le feu vert pour la conversion de l'ancien couvent

Pont-Rouge pourra aller de l'avant avec son règlement... (Photo Google Maps)

Agrandir

Pont-Rouge pourra aller de l'avant avec son règlement d'emprunt de 3,5 millions $ pour la conversion de l'ancien couvent des Soeurs de la Charité de Saint-Louis pour y établir l'hôtel de ville, un centre communautaire et divers autres services municipaux.

Photo Google Maps

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Pont-Rouge pourra aller de l'avant avec son règlement d'emprunt de 3,5 millions $ pour la conversion de l'ancien couvent des Soeurs de la Charité de Saint-Louis pour y établir l'hôtel de ville, un centre communautaire et divers autres services municipaux.

Le comité de vigilance des citoyens de Pont-Rouge n'a pas réussi à récolter les signatures requises pour forcer la tenue d'un référendum sur le projet lors de la tenue d'un registre mercredi. Seuls 438 citoyens se sont déplacés pour signer le registre, 62 de moins que les 500 nécessaires.

Joint mercredi soir après la fermeture du registre, le maire Ghislain Langlais était très heureux du résultat. «On peut aller de l'avant, on n'aura pas à se pencher sur la question d'un référendum», explique-t-il, répétant que, pour lui et son conseil, la conversion de l'ancien couvent est «une bonne affaire».

Acheté au rabais

«On a acheté ce bâtiment pour 850 000 $ alors qu'il était évalué à 3,2 millions $. Il ne reste qu'à le mettre aux normes, c'est-à-dire ajouter des gicleurs et la climatisation», indique le maire Langlais, qui estime que le comité de vigilance a tenté de faire peur aux citoyens.

«Le comité de vigilance a travaillé fort pour que le règlement d'emprunt ne passe pas, mais moi, je n'aime pas du tout gérer une ville par le négatif», a-t-il ajouté.

«Le règlement d'emprunt est de 3,5 millions $, mais il inclut tous les imprévus, donc les dépenses seront probablement moindres. Et on s'attend à recevoir au moins 1 million $ en subventions», explique le maire, en ajoutant que la dette sur l'hôtel de ville actuel se paiera automatiquement grâce au loyer demandé au centre médical qui viendra s'installer à l'étage.

M. Langlais ne s'inquiète pas non plus du fait que l'ancien couvent contienne de l'amiante. 

«Cet aspect avait déjà été analysé dans le projet. On n'aura pas à l'enlever, car, de l'amiante, il y en a dans tous les vieux bâtiments et que ce n'est pas dangereux si tu ne touches pas au mur et que tu ne fais pas de réparation.»

Victoire morale

Quant à François Paradis, l'un des porte-parole du comité de vigilance, il parlait de «victoire morale» mercredi soir malgré le fait que son groupe n'ait pas réussi à stopper le règlement d'emprunt. 

«Jamais la Ville ne pensait qu'autant de gens signeraient le registre. 

Notre comité, avec des moyens de fortune et durant la période des vacances, a tout de même réussi à sensibiliser plusieurs citoyens. Le conseil ne pourra plus jamais dire que les personnes qui posent des questions sur les projets sont les quatre ou cinq "chialeux de la ville"», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer