Le lesbianisme pour défendre les sables bitumineux

« Au Canada, les lesbiennes sont considérées comme... (Tirée de Facebook)

Agrandir

« Au Canada, les lesbiennes sont considérées comme étant hot! En Arabie Saoudie, si tu es une lesbienne, tu meurs! Pourquoi achetons-nous notre pétrole de pays qui ne croient pas que les lesbiennes sont hot? Choisissez l'égalité! Choisissez le pétrole canadien! », peut-on lire sur l'image diffusée sur la page Facebook de Canada Oil Sands Community.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Un ancien employé de Suncor Energy militant en faveur des sables bitumineux a provoqué un tollé sur le réseau social Facebook lundi en y publiant l'image de deux femmes s'embrassant pour faire la promotion du pétrole canadien.

«Au Canada, les lesbiennes sont considérées comme étant hot! En Arabie Saoudie, si tu es une lesbienne, tu meurs! Pourquoi achetons-nous notre pétrole de pays qui ne croient pas que les lesbiennes sont hot? Choisissez l'égalité! Choisissez le pétrole canadien!» peut-on lire sur l'image diffusée sur la page Facebook de Canada Oil Sands Community.

Joint par téléphone, Robbie Picard a confirmé au Soleil qu'il était la personne à la base de la page Canada Oil Sands Community, qui n'a rien à voir avec l'organisme Oil Sands Community Alliance composé de 25 entreprises du secteur des sables bitumineux.

Joint par téléphone, Robbie Picard a confirmé au... (Tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Joint par téléphone, Robbie Picard a confirmé au Soleil qu'il était la personne à l'origine de la page Facebook Canada Oil Sands Community, 

Tirée de Facebook

Originaire de la Saskatchewan et résidant maintenant à Fort McMurray, M. Picard s'est donné pour mission depuis deux ans d'attirer l'attention sur l'industrie des sables bitumineux, dont il déplore la démonisation dans l'est du pays. Celui qui travaille actuellement dans une entreprise de recyclage de métaux est à l'origine des campagnes «Oil Sands Pride» et «I love Oil Sands», qui ont obtenu une certaine visibilité médiatique dans l'Ouest canadien.

«Ça fait un an que j'utilise les droits des gais et des lesbiennes dans des pays comme l'Arabie Saoudite pour faire la promotion du pétrole des sables bitumineux. Cependant, jamais je n'ai eu autant de réactions qu'aujourd'hui», explique Picard, qui est homosexuel, en avouant que plusieurs des commentaires reçus n'étaient pas favorables à sa plus récente initiative.

Image offensante

Plusieurs membres de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transsexuelle ont considéré la publication comme étant offensante et puérile, dénonçant l'objectification des femmes, et plus précisément des lesbiennes, pour faire la promotion du pétrole canadien.

«Je dirais que c'est 50-50 au niveau des réactions. Mes amis et mes proches ont eu des réactions très positives, mais sur Facebook, il y a eu des commentaires très durs. C'est fou, je montre deux filles en train de s'embrasser et, soudain, c'est la fin du monde! Moi, je trouve encore que toutes les lesbiennes sont hot et il n'y a rien de mal à ça. C'est peut-être parce que, en tant qu'homme gai, je ne me sens pas du tout "objectifié"», explique Robbie Picard, qui n'a pas l'intention de retirer son image devenue virale et partagée près de 2000 fois sur Facebook.

Car il l'avoue, l'un des objectifs de sa campagne est de faire réagir, surtout en Ontario et au Québec, où il a déjà habité quelques années. 

Faire réagir

«Il y a un gros mouvement opposé aux sables bitumineux au Québec. Moi, je trouve que c'est un peu injuste, la façon dont les sables bitumineux sont ciblés par le mouvement environnemental alors que c'est une industrie qui peut faire tant de bonnes choses pour le monde. 

Quand j'habitais Montréal, j'ai vu plusieurs personnes protester contre les oléoducs, mais je n'ai vu personne protester contre l'Arabie Saoudite», explique-t-il. Les nombreuses entrevues que Robbie Picard a données lundi, dont une à un média américain, lui auront au moins permis de parler de son combat en faveur du pétrole de l'Ouest canadien. 

«Je me sens un peu comme Madonna suite à la controverse, mais si ça fait parler les gens, c'est une bonne chose. C'est une conversation qu'il faut avoir ici», termine-t-il.  Avec Josianne Desloges

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer