Découvrir la beauté d'Anticosti, au-delà du pétrole

Dix Québécois de divers horizons traverseront Anticosti du... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dix Québécois de divers horizons traverseront Anticosti du sud au nord.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dix Québécois de divers horizons traverseront Anticosti du sud au nord, du 18 au 29 août, avec comme objectif d'attirer l'attention de la province sur les beautés de l'île et les enjeux liés à l'exploitation pétrolière.

«La route que l'on va emprunter, c'est une première. Ce n'est pas un parcours qui existe, on va l'inaugurer», explique Sophie Gallais, chargée de projet de la Grande Traversée d'Anticosti 2016, une initiative de Nature Québec. En tout, c'est 115 kilomètres en nature sauvage que parcourront sur 12 jours les participants de «l'expédition réflexion». Le trajet démarrera à la Côte verte, à la pointe sud-ouest de l'île, pour ensuite passer successivement la rivière Jupiter, les tourbières du centre de l'île, puis la rivière Vauréal.

«L'objectif est de faire connaître Anticosti au plus grand nombre et de montrer qu'il y a autre chose que le pétrole», explique Mme Gallais, rappelant que son organisme s'était clairement prononcé contre l'exploitation pétrolière sur l'île par le passé.

Immense importance

Nature Québec avait lancé un appel à tous pour trouver les dix membres de l'expédition, qui seront escortés dans leur aventure par deux guides professionnels. Le résultat est une troupe hétéroclite, de tous âges, dont les formations vont de la physiothérapie à la philosophie, en passant par la géographie. La plus jeune membre du groupe est une étudiante de 15 ans, toujours au secondaire. Gabrielle Bégin-Leboeuf croit que «le Fleuve a une immense importance dans nos vies et dans notre culture», et qu'il y a mieux à faire avec le territoire d'Anticosti.

Le doyen du groupe, Guy Lafond, 57 ans, se décrit pour sa part comme un Québécois préoccupé par la santé de nos rivières, de nos forêts et de nos océans.

Sophie Gallais souligne que les douze jours passés à parcourir Anticosti permettront de pousser la réflexion plus loin quant à l'avenir de l'île. «Après la traversée, il y aura deux conférences d'organisées, une à Québec et une à Montréal. On va peut-être également former un groupe de travail avec des experts.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer