Un mariage sur quatre au Québec est célébré par un proche

Chez les couples de même sexe, le choix... (123rf/ Lisa Young)

Agrandir

Chez les couples de même sexe, le choix de désigner une personne pour célébrer le mariage demeure le plus populaire avec 37 % des mariages de 2015.

123rf/ Lisa Young

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un mariage sur quatre au Québec en 2015 a été célébré par un ami ou un membre de la famille des mariés. Comme quoi les curés, notaires et greffiers doivent maintenant partager le gâteau de noce avec la popularité croissante de ces nouveaux célébrants.

C'est en 2002 qu'est entrée en vigueur la loi permettant à une «personne désignée» par un couple de célébrer une union civile. La première année, il y en a eu seulement trois alors que les greffiers unissaient 6454 conjoints de sexe opposé et les notaires, 15. Sur les 21 986 mariages enregistrés cette année-là, 15 514 l'ont été par un ministre du culte (mariage religieux).

L'an passé, la donne a bien changé, note la démographe Anne Binette-Charbonneau. «C'est une tendance qui continue de gagner en popularité. Les mariages célébrés par une "personne désignée", qui peut être un ami ou un membre de la famille du couple, représentent le quart des mariages de couples de sexe opposé, alors qu'ils étaient inexistants avant 2002. Cette proportion surpasse celle des unions officialisées par un greffier au palais de justice (16 %) ou par un notaire (14 %).»

Chute des mariages religieux 

En 2015, 22 400 mariages ont été célébrés au Québec, un nombre similaire à celui de l'année précédente, mais bien en deçà des 45 000 et plus de la première moitié des années 70. D'ailleurs, les mariages religieux continuent de chuter. Ils constituaient 71 % de tous les mariages en 2002 comparativement à 44 %, l'an passé. 

Chez les couples de même sexe, le choix de désigner une personne pour célébrer le mariage demeure le plus populaire avec 37 % des mariages de 2015. Il y a eu 600 mariages de conjoints de même sexe l'an passé, ce qui représente un peu plus de 2 % de tous les mariages.

La propension à se marier est très faible au Québec, et ce, depuis plusieurs années, ajoute la démographe. Mais comment se situe le Québec par rapport à d'autres provinces au pays? Difficile à dire. «Le problème est dans la disponibilité des données statistiques disponibles ailleurs», précise Mme Binette-Charbonneau.

Mariage plus tardif

Non seulement est-il moins fréquent, le mariage est plus tardif, révèlent les statistiques. «L'âge moyen au premier mariage augmente de nouveau en 2015 et atteint 33,3 ans chez les hommes et 31,8 ans chez les femmes. Dans les deux cas, il s'agit d'une hausse d'environ huit ans depuis le début des années 70.»

Les chiffres de 2015 indiquent aussi que seulement 27 % des hommes et 30 % des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire. Dans les années 70, 90 % des gens se mariaient.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer