Des ménages désespérés se tournent vers leur Office municipal d'habitation

La traditionnelle période des déménagements a été éprouvante... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La traditionnelle période des déménagements a été éprouvante pour certains ménages québécois.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Montréal) La traditionnelle période des déménagements a été éprouvante pour certains ménages québécois. Selon un bilan dressé par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), au moins 120 d'entre eux n'ont eu d'autre choix que de faire appel à leur Office municipal d'habitation (OMH) par crainte de se retrouver sans toit au-dessus de leur tête.

À Gatineau seulement, 60 demandes d'aide ont été reçues par l'OMH local.

À Québec, il y a plutôt eu 34 requêtes du genre alors qu'à Montréal, il y en a eu 22.

Le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, reconnaît ouvertement que ces statistiques datant du 1er juillet n'ont rien à voir avec les données colligées au début des années 2000, une époque où une véritable crise du logement sévissait.

Les chiffres les plus récents font tout de même sourciller M. Saillant, car, rappelle-t-il, dans un passé récent, «on a assisté à une forte construction d'espaces locatifs».

Le hic, à son avis, c'est que de nombreux ménages à faible revenu et de plus en plus de familles de la classe moyenne ne parviennent tout simplement pas à payer les loyers réclamés pour pouvoir occuper ces foyers fraîchement bâtis.

«On va offrir des appartements à 2600 $ par mois. On peut sérieusement se demander qui va avoir les moyens de payer pour ce type de logements. Une chose est certaine: ce n'est pas la population de locataires traditionnels», déplore-t-il.

D'après François Saillant, ces nouveaux appartements sont plutôt occupés par trois clientèles différentes.

«On s'adresse à des gens qui ont des emplois qui les obligent à se déplacer d'une ville à l'autre, à des touristes ou encore à des personnes qui prennent de l'âge, qui vendent leur condominium ou leur bungalow et qui s'en viennent demeurer dans des espaces locatifs», énumère-t-il.

Aux yeux de M. Saillant, il n'existe pas 56 solutions pour offrir des loyers «accessibles financièrement à tout le monde et adaptés à la capacité de payer des gens».

Pour y arriver, il faut, selon lui, construire des logements sociaux ou encore en créer davantage en changeant la vocation de certains appartements existants.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer