Postes Canada a mal reçu la proposition du syndicat

Les parties syndicale et patronale de Postes Canada... (Archives La Presse)

Agrandir

Les parties syndicale et patronale de Postes Canada ont affirmé que le principal point litigieux des négociations était les changements que l'employeur souhaite apporter au régime de pension de ses employés.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Postes Canada s'est dite «extrêmement déçue» de la contre-offre déposée vendredi soir par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP).

La partie patronale et le STTP peuvent, depuis samedi à minuit, déclencher un arrêt de travail à condition que l'un ou l'autre dépose un avis 72 heures à l'avance.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) avait toutefois prévenu, samedi matin, que ses 50 000 membres ne feraient pas la grève avant mercredi. Il attendait la réponse de Postes Canada au sujet de la proposition déposée vendredi en marge d'une ronde de négociation intensive.

La partie patronale a aussi le droit de décréter un lock-out.

Postes Canada considère que la nouvelle offre du syndicat entraînerait des coûts supplémentaires totalisant un milliard de dollars pour la durée de la future convention collective proposée.

Par voie de communiqué, l'employeur a indiqué que cette contre-proposition, tout comme les précédentes, «ne tient absolument pas compte des questions relatives au régime de retraite, ainsi que des autres enjeux auxquels fait face le service postal».

Le principal point litigieux des négociations est celui des changements que l'employeur souhaite apporter au régime de pension de ses employés.

Postes Canada a proposé une nouvelle convention collective il y a une semaine et le STTP a fait une contre-proposition vendredi.

Le syndicat demande des hausses salariales et rejette l'idée de l'employeur de fournir aux nouvelles recrues un régime fonctionnant comme un REER, c'est-à-dire avec des cotisations déterminées, plutôt que le régime actuel, qui assure des prestations déterminées.

Postes Canada a déploré que, dans sa contre-offre, le Syndicat ait rejeté «tout changement au régime de retraite» et qu'il ait «plus que triplé» les augmentations salariales établies par la Société.

Le dernier arrêt de travail à Postes Canada remonte à 2011. Durant 10 jours, le personnel avait procédé à des grèves tournantes et subi des lock-out avant qu'Ottawa ne force les employés à reprendre le boulot grâce à une loi spéciale.

Postes Canada a tout de même ajouté, dans le même communiqué, qu'elle demeurera à la table de négociations.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer