L'enquête fédérale se penchera sur Val-d'Or, croit Kelley

Le ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre Geoffrey Kelley s'attend à ce que la commission d'enquête fédérale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées se penche sur les événements de Val-d'Or révélés l'automne dernier.

La ministre fédérale des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, devrait dévoiler dans les prochains jours le mandat de la commission d'enquête sur les femmes autochtones.

«Mme Bennett est très consciente de la situation de Val-d'Or, a affirmé le ministre au Soleil, mardi. Nous en avons discuté à maintes reprises. Moi, je prévois qu'il y aura un mécanisme qui va permettre à la fois de regarder toute la question pancanadienne et d'avoir un regard spécifique sur les enjeux qui découlent de la situation spécifique à Val-d'Or.»

Un reportage sur des abus physiques et sexuels de la part de policiers de la Sûreté du Québec (SQ) dénoncés par plusieurs femmes autochtones de Val-d'Or a entraîné plusieurs demandes d'enquêtes publiques. Sans fermer la porte, le premier ministre Philippe Couillard et son ministre des Affaires autochtones ont toujours insisté sur l'importance de ne pas dédoubler le travail qui sera fait par Ottawa. M. Kelley dit avoir insisté auprès de son homologue fédérale sur l'importance du volet francophone de sa commission d'enquête. 

Une fois le mandat fédéral connu, Québec évaluera s'il répond à «l'ensemble de nos besoins». S'il advient qu'il faut enquêter, le ministre Kelley a une «préférence» pour le faire conjointement avec la commission fédérale. «Je crois qu'en termes de fonctionnement et des besoins des communautés, avoir deux commissions d'enquête qui débarquent dans des villes du Québec à court intervalle, ce n'est pas la manière la plus efficace de procéder», a réaffirmé le ministre Kelley. 

D'une façon ou d'une autre, le gouvernement du Québec peut sans attendre oeuvrer à faire plus pour les femmes autochtones vulnérables et pour le bien-être des enfants. M. Kelley évoque une meilleure formation des professionnels qui travaillent avec les autochtones et une bonification des services sociaux. «C'est vraiment dans ces mandats que le gouvernement du Québec prépare sa participation, souligne le ministre Kelley. Le but ultime, c'est la prévention.»

La ministre Bennett est ferme dans sa volonté de limiter à deux ans la durée de sa commission d'enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. «Par expérience, j'ai regardé d'autres commissions d'enquête, on sait quand ça commence, mais c'est une autre chose de déterminer avec précision quand ça va se terminer», note le ministre Kelley. 

Le Service de police de la Ville de Montréal, qui a été chargé d'enquêter sur les événements de Val-d'Or, doit arriver «vers la fin» de son investigation, a avancé le ministre. «Mais je garde mes distances, a souligné M. Kelley. Je ne veux rien savoir. Il n'est pas question de faire d'ingérence politique là-dedans. [...] C'est loin de mes responsabilités, mais j'attends tout ça avec intérêt.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer