Une décision «inhumaine» selon des organismes de protection animale

Pas plus tard que mardi, Brossard a banni... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Pas plus tard que mardi, Brossard a banni les pitbulls sur son territoire mais sans demander aux propriétaires déjà en possession d'un chien de s'en débarrasser ou de déménager.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des organismes de protection animale jugent précipitée la décision de la Ville de Québec d'interdire la présence des pitbulls sur son territoire. Une situation qui crée un sentiment d'injustice, surtout envers les actuels propriétaires. Existe-t-il une solution mitoyenne? La Ville de Brossard en a trouvé une.

«Si le conseil municipal juge approprié de bannir les pitbulls pour la sécurité immédiate du public, on ne peut rien faire, lance, résigné, le directeur général de la section Québec de la SPA, Denys Pelletier. On a pour mandat la protection des animaux, mais jamais au détriment de la sécurité du public», précise-t-il.

«Je trouve seulement dommage qu'il n'y ait pas eu de consultation. C'est peut-être agir un peut rapidement», renchérit-il, rappellant que le le premier ministre Philippe Couillard a annoncé la semaine dernière qu'il formera un groupe de travail avec les regroupements municipaux pour déterminer ce qui doit être fait au sujet des chiens pitbulls.

M. Pelletier s'inquiète surtout du fait que des centaines de familles devront se séparer de leur animal au risque de recevoir une amende salée ou de se le faire saisir .«Je comprends que les gens seront déroutés, même choqués de la situation. Je les encouragent à faire valoir leur point», ajoute-t-il.

Il réitère le fait que des animaux peuvent présenter une tare comportementale, mais que ce n'est pas réservé à une race ou type de chiens. De plus, il soutient qu'une bonne réglementation doit également prendre en compte la responsabilisation des propriétaires.

Et qu'arrivera-t-il si un propriétaire de pitbull se rend à la SPA parce que la règlementation l'empêche d'en posséder un. «Je ne pourrai pas le prendre. Je ne peux pas le donner en adoption. Je vais devoir le diriger vers les services municipaux», soutient le dg.

L'exemple de Brossard

François Ménard, président de la Fondation Barney, qui vient en aide aux différents refuges d'animaux abandonnés, est choqué par l'idée d'imposer aux propriétaires de se défaire de leurs compagnons. «Je trouve que c'est une chose inhumaine et qui ne se fait pas», a-t-il dit jeudi. «S'il [le maire] avait dit : ''vous n'avez plus le droit d'avoir un nouveau chien'', à la limite, je le respecte. Mais de dire à quelqu'un de se défaire de son animal...».

M. Ménard cite la Ville de Brossard en exemple. Pas plus tard que mardi, la municipalité a banni les pitbulls sur son territoire mais sans demander aux propriétaires déjà en possession d'un chien de s'en débarrasser ou de déménager.

Des règles strictes ont été imposées, dont le port de la muselière dans les lieux publics, le dépôt d'une preuve que le chien et le maître ont suivi un cours d'obéissance, le port d'une micropuce, la prise d'une assurance responsabilité et l'interdiction de fréquenter les parcs à chiens. Avec David Rémillard

«Le meilleur règlement touche l'ensemble de la communauté»

Le Soleil s'est entretenu avec le Dr Joël Bergeron, président de l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec. L'organisme compte faire valoir sa voix auprès du groupe de travail que veut former le gouvernement du Québec pour déterminer le sort réservé aux chiens pitbulls dans la province.

Q Personne ne semble pouvoir trancher s'il est vrai que les différentes races de pitbulls sont plus dangereuses que d'autres. Qu'en pensez-vous?

R Il n'y a aucun test scientifiquement prouvé qu'une race est plus dangereuse qu'une autre. Cependant, il est vrai qu'on crée des lignées problématiques. Comme c'est vrai que ce sont parfois les maîtres le problème. C'est incroyable la désarmante facilité d'aller chercher un pitbull sur les petites annonces. Est-ce qu'il y a une sélection sérieuse et rigoureuse? On peut en douter. Il faut limiter la reproduction d'animaux qui ne devraient pas se reproduire. Et c'est bon pour toutes les races. Depuis quelques années, on commence même à avoir des lignées de golden retriever qui ont des problématiques comportementales.

Q Quelle est la position officielle de l'ordre concernant les pitbulls?

R On ne souhaite pas mettre les animaux devant les humains. Pas plus, on ne souhaite que les villes aillent vers le bannissement d'une race. Nous croyons que ça ne représente pas la meilleure solution. En faisant ça, on vient établir que tous les individus de cette race sont à problème et que seule cette race est problématique. Ce n'est pas vrai.

Q Si vous aviez à écrire un règlement, à quoi ressemblerait-il?

R Le meilleur règlement est complexe parce qu'il touche l'ensemble de la communauté. Il y a l'éducation à faire auprès de la population en général. Dès l'école primaire, les enfants devraient apprendre comment se comporter avec les chiens. Il y a évidemment les propriétaires à éduquer et à sensibiliser. Par exemple, les chiens doivent toujours être tenus en laisse dans les espaces publics et il faut enregistrer les animaux. Il faut aussi encadrer les éleveurs et empêcher la reproduction par n'importe qui.

Q Est-ce que le problème avec les pitbulls remonte à longtemps?

R Il y a des chiens problématiques, peu importe la race. Dans les années 80, on parlait des bergers allemands, puis c'était les rottweilers et enfin les dobermans dans les années 90. Depuis les années 2000, c'est le pitbull, alors qu'on n'entend plus parler des autres. Au final, il faut aussi retenir qu'il ne peut y avoir un risque zéro d'où l'importance d'éduquer et de sensibiliser les gens.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer