La grève dans deux résidences privées de Québec et de Lévis

Les 96 travailleurs de la résidence pour personnes âgées La Roseraie de... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Les 96 travailleurs de la résidence pour personnes âgées La Roseraie de Sainte-Foy et les 65 employés de la résidence Les Marronniers de Lévis seront en grève générale illimitée dès minuit jeudi matin. Leur syndicat est incapable de s'entendre avec l'employeur pour le renouvellement de leurs conventions collectives échues depuis mars 2015.

Le président du Syndicat des travailleurs des centres d'hébergement privés de la région de Québec, Gilles Gagné, a indiqué au Soleil que la date de fin de la future convention collective et l'aspect salarial étaient les deux points en litige avec l'employeur, Les Résidences Sélections, une entreprise de Laval qui possède 33 résidences privées au Québec.

«Nous demandons des augmentations salariales de 1,50 $ l'heure sur trois ans que l'employeur pourrait moduler comme il veut et nous voulons que la convention vienne à échéance en mars 2018, comme les sept autres résidences de la région que nous représentons aussi», explique-t-il.

Les travailleurs de ces deux résidences gagnent en moyenne entre 11 $ et 12 $ l'heure pour les préposés à l'entretien ménager et aux salles à manger. Aux soins, le salaire atteint à peine 15 $ l'heure, selon M. Gagné. «C'est loin d'être le même traitement que dans le réseau public. L'employeur nous propose des hausses de 13 à 14 sous l'heure et refuse que la convention prenne fin en mars 2018. Nous, nous pensons que le respect commence par un salaire décent», poursuit le président.

Entente et négos

Le Syndicat a déjà conclu une entente pour renouveler la convention collective des employés des Jardins Logidor, une filiale du groupe Cogir, et les employés du Manoir Sully, à Vanier, sont toujours en négociations avec leur employeur, le groupe Les Bâtisseurs. «Une assemblée générale annuelle est prévue la semaine prochaine et il se pourrait très bien que les syndiqués optent pour des moyens de pression car là non plus, la négo n'avance pas», indique M. Gagné.

Ce sont 97 % des employés de La Roseraie et 96 % de ceux des Marronniers qui ont voté pour cette première grève générale. Celle-ci sera toutefois encadrée de façon très stricte par la Loi sur les services essentiels.

Ce sont donc 100 % des salariés qui seront au travail, mais ils ne travailleront que 90 % du temps prévu à leur horaire habituel et exerceront la grève durant 10 % de leur temps de travail pour chaque quart de travail. Le libre accès à l'établissement sera également assuré.

«Les 260 résidents de La Roseraie et les 160 des Marronniers ne seront pas touchés. L'impact se fera surtout sentir au niveau des tâches administratives et très peu aux cuisines et à l'entretien ménager, assure Gilles Gagné. Mais on va se faire voir par exemple», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer