Enquête sur les suicides autochtones: un «mal nécessaire» pour sensibiliser

La communauté innue de Uashat mak Mani-Utenam à... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque)

Agrandir

La communauté innue de Uashat mak Mani-Utenam à Sept-Îles a été secouée par une vague de cinq suicides en 2015.

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Uashat) Le conseil innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam attend beaucoup des travaux de l'enquête publique du coroner, qui s'ouvre ce matin, pour faire la lumière sur la vague de cinq suicides qui a secoué la communauté de 4000 âmes, en 2015.

Dès lundi et jusqu'à vendredi, le coroner Me Bernard Lefrançois entendra au palais de justice de Sept-Îles le triste récit des cinq familles innues dont un de leurs membres s'est enlevé la vie au cours de la dernière année. La mort de la plus jeune, Nadeige Guanish, 18 ans, en octobre a fait grand bruit au Québec.

«Le processus qui s'en vient va être douloureux pour tout monde, nous allons rouvrir des plaies», a averti le chef Mike McKenzie, qui demande déjà à ce que l'intimité des familles soit respectée par les médias. Lui-même sera entendu dans la deuxième partie des travaux, qui donnera la parole à des intervenants du milieu, du 27 au 30 juin.

Même si l'exercice est difficile, les élus d'Uashat jugent qu'il est un mal nécessaire pour sensibiliser les gouvernements à la problématique du suicide dans les communautés autochtones. «Lorsque les mots seront mis, on va pouvoir mettre des services en place en fonction des besoins de nos membres», a ajouté la vice-chef, Virginie Michel.

«Il faut que le message soit clair face au gouvernement, qu'il sache que nous sommes sous-financés à travers nos services», poursuit-elle. Des propos qui trouvent aussi écho chez le chef McKenzie. «Que ce soit en ressources humaines, matérielles et financières, il y a un manque de financement autour de la problématique du suicide», dit-il.

Actions concrètes

Le rapport du coroner n'est d'ailleurs pas encore rédigé que la bande s'attend à des recommandations concrètes. «On doit passer à l'action, on a déjà beaucoup ciblé la nature des causes sociales, mais maintenant, ça prend des actions pour donner espoir à notre jeunesse. On veut redonner espoir à nos jeunes», a affirmé Mme Michel. 

Dix jours d'auditions sont prévus sur deux semaines à Sept-Îles pour «mieux comprendre la problématique liée au suicide» à Uashat mak Mani-Utenam, qui a connu en 2015 son pire bilan en 20 ans. Dans la foulée du décès de Nadeige Guanish, le ministre de la Sécurité publique par intérim, Pierre Moreau, a mandaté la coroner en chef d'enquêter. 

Outre le cas de la jeune Innue, les décès de Céline Rock Michel, 30 ans, Marie-Marthe Grégoire, 46 ans, Alicia Grace Sandy, 21 ans, et de Charles Junior Grégoire-Vollant, 24 ans, seront examinés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer