Labeaume veut interdire les pitbulls à Québec

La Ville de Lévis interdit depuis 2013 les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La Ville de Lévis interdit depuis 2013 les races de chiens de type pitbull, ainsi que les hybrides et les chiens d'une race croisée «qui possèdent des caractéristiques physiques substantielles» d'un pitbull.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Québec, Régis Labeaume, veut interdire les chiens pitbulls sur le territoire de sa ville. «Il faut arrêter ça. Il faut que ça finisse. Il faut réglementer», a tranché le maire de Québec en mêlée de presse vendredi après-midi.

La façon de légiférer reste à définir, a-t-il reconnu. «Je ne sais pas ce qu'on va faire, mais il faut qu'on s'organise pour que ce ne soit plus là. On va trouver les bons moyens légaux», a-t-il assuré.

La question du bannissement de ces chiens réputés agressifs est revenue dans l'actualité avec la mort d'une femme de Montréal, Christiane Vadnais, 55 ans, mercredi, à la suite de l'attaque d'un pitbull.

«C'est pas simple, car il y a la question des "marques", des races», a dit le maire Labeaume à propos des croisements. Il devient plus complexe de tracer la ligne à savoir si un chien est un pitbull qui doit être banni.

Lévis interdit depuis 2013 les races de chiens de type pitbull, ainsi que les hybrides et les chiens d'une race croisée «qui possèdent des caractéristiques physiques substantielles» d'un chien.

En Ontario, ces chiens sont complètement interdits depuis 2005.

S'il ne sait pas encore comment la Ville de Québec choisira de réglementer, Régis Labeaume n'a pas semblé emballé à l'idée de cibler davantage les propriétaires que le chien comme tel. «S'ils en tuent une autre et qu'on arrive avec l'amende après, on est pas ben, ben plus avancés. On est aussi bien d'aller en amont.» Et «aller en amont», a-t-il dit, est de réglementer le type de chien.

Troisième attaque

On a aussi appris vendredi que le pitbull soupçonné d'avoir tué la femme de Pointe-aux-Trembles avait déjà attaqué deux autres.

Sur les ondes de CTV, l'avocate du propriétaire, Me Audrey Amzallag a reconnu que le pitbull s'est déjà jeté sur le bras d'un passant et a mordu le cousin de son maître, FranklinJunior Frontal. En entrevue à La Presse, Me Amzallag a aussi indiqué que son client est «en désespoir» et qu'il jure avoir laissé son pitbull à son domicile. «Personne ne sait» comment le chien est sorti de la maison, a-t-elle dit.

Coiteux interpellé

Jeudi, au lendemain du drame de Pointe-aux-Trembles, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé qu'il formera un groupe de travail pour décider de ce qui sera fait pour les chiens pitbulls.

La question a aussi rebondi à l'Assemblée nationale vendredi lorsque le député péquiste Martin Ouellet a interpellé le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux.

«Combien de temps le ministre va-t-il passer à réfléchir avant de se rendre à l'évidence et interdire une fois pour toutes les pitbulls?» a demandé le député de René-Lévesque.

«Cette réflexion-là, elle doit se faire parce que, si on propose un projet de loi, parce qu'il pourrait y avoir une voie législative, on ne peut pas l'improviser, on ne peut pas la décider sur le coin d'une table», a répondu M. Coiteux. «Il faut le faire avec les partenaires municipaux parce que c'est là que la réglementation va ultimement être appliquée.» Avec La Presse

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer