Un Tour pour se souvenir des cyclistes victimes de la route

Jean Blais (à l'avant-plan) a roulé aux côtés... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Jean Blais (à l'avant-plan) a roulé aux côtés de Louis Garneau, mercredi, en mémoire de sa fille Mathilde, morte à vélo il y a deux ans.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quelque 300 cyclistes ont pris la route pour une randonnée silencieuse, mercredi soir, en l'honneur de leurs compatriotes blessés ou tués au guidon de leur vélo. Parmi eux se trouvait Jean Blais, un résident de Québec qui a perdu sa fille dans un accident, il y a deux ans.

Le Tour du silence a encore attiré de nombreux adeptes de vélo de la capitale. Près de 300 d'entre eux avaient rendez-vous à l'Université Laval avant de prendre le départ pour une randonnée hommage.

L'événement qui se déroulait simultanément dans plusieurs régions du Québec survenait cette année quelques jours après la présentation du projet de loi 100, qui inclut certaines modifications au Code de la sécurité routière. Présentée par le ministre des Transports, Jacques Daoust, vendredi, la législation prévoit de nouvelles sanctions contre l'emportiérage et l'établissement d'une distance minimale - 1,5 mètre en région et 1 mètre en ville - pour les automobilistes qui auront à dépasser des cyclistes.

Grand pas en avant

Pour Jean Blais, dont la fille Mathilde est décédée à vélo en avril 2014, heurtée par un camion sous un viaduc à Montréal, ces mesures, si elles sont adoptées, représentent un grand pas en avant. «Ça donne un sens, jusqu'à un certain point, à la mort de ma fille. Ça m'aide à faire mon deuil», a-t-il confié tout juste avant d'enfourcher sa bicyclette aux côtés de Louis Garneau, porte-parole de la randonnée de Québec. «Qu'on arrive à améliorer la sécurité, ça, ça me réjouit.»

Deux ans jour pour jour après le décès de sa fille de 33 ans, et deux semaines avant la présentation du projet de loi, M. Blais était sorti publiquement pour exhorter le gouvernement à déposer ses nouvelles mesures de sécurité pour les cyclistes. En entrevue à Radio-Canada, il avait souligné l'importance d'agir rapidement.

Mais les lois ne peuvent pas tout changer, selon M. Blais. Ce dernier plaide pour un meilleur respect entre tous les usagers de la route. «Moi, ce qui me fait peur, ce sont les gens impatients», a-t-il dit, faisant écho aux propos de Louis Garneau. 

«Plus que les lois, plus que les punitions et les amendes, il y a l'attitude, autant chez les cyclistes que les automobilistes, il faut apprendre à vivre ensemble, a insisté M. Garneau. Je pense qu'en travaillant sur l'attitude, en ayant de bons comportements et quelques lois, on peut améliorer beaucoup de choses.»

Selon la Société de l'assurance automobile du Québec, neuf personnes sont décédées à vélo en 2015.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer