Au secours des animaux des jeunes de la rue

Le Dr David Monté examine Sioux, un jeune... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Dr David Monté examine Sioux, un jeune berger allemand que sa maîtresse, Leyla, a amené lundi à la clinique vétérinaire de la Maison Dauphine.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Leyla montre au vétérinaire David Monté une photo de son chien Sioux, prise avec son cellulaire. «Il avait deux mois. Il faisait vraiment pitié, il pesait huit livres, il était mini. C'est un peu pour ça que je l'ai acheté.»

Quelques semaines plus tard, grâce à l'affection et aux bons soins de sa jeune maîtresse, Sioux a pris du poil de la bête. Il pèse maintenant 10 kilos. «J'ai dû changer son collier plusieurs fois», lance-t-elle avec fierté, en flattant affectueusement son petit berger allemand qui vit sa première rencontre avec un vétérinaire.

En fait, le problème le plus préoccupant de Sioux est une désagréable propension à manger ses selles. «Il mange ses cacas, je trouve ça dégueulasse...»

À l'instar de Leyla, plusieurs jeunes de la rue se sont rendus à la Maison Dauphine, lundi, afin de profiter d'une clinique d'examen et de vaccination offerte pour un coût minime à leur animal de compagnie. Deux fois par année, les Drs David Monté et Cindy Trudel donnent quelques heures de leur temps afin de renseigner et rassurer cette clientèle, le plus souvent sans grands moyens financiers, sur les soins à prodiguer à leur copain à quatre pattes.

«Ce sont des jeunes qui vivent beaucoup de changements et de choses difficiles. Ils peuvent être jugés facilement par leurs amis et leur famille. Leur animal, lui, ne les juge pas, il leur reste fidèle, c'est pourquoi il prend une place si importante dans leur vie», explique la Dre Trudel.

La maison Dauphine, qui a pignon sur rue dans le Vieux-Québec depuis bientôt 25 ans, offre un «accueil inconditionnel» aux jeunes de la rue de 12 à 29 ans et à leurs petites bêtes. Le plus souvent des chiens, parfois des chats, mais l'endroit a déjà vu passer des rats, des serpents, des poules même, qu'un jeune voulait faire socialiser...

Le manque de sociabilité, ce n'est pas un problème pour Walter, un jeune husky que Mélissa possède depuis deux mois. Le Dr Monté examine l'animal et lui administre un vaccin. Ni vu ni connu, c'est à peine s'il réagit à la piqûre, au grand soulagement de Mélissa qui peut maintenant l'accueillir dans son appartement du Squat Basse-Ville, «après une période de probation de six mois».

Responsabilisation

Règle générale, les bêtes qui se présentent à la clinique Dauphine sont rarement affligées d'un problème spécifique, explique le Dr Monté. «Ça ressemble beaucoup à ce qu'on voit en clinique, comme des maladies de peau, des problèmes de parasites qui sont assez fréquents. Les jeunes ont rarement payé un gros montant pour leur animal qui peut avoir été maltraité ou venir d'un endroit nébuleux. La plupart n'ont jamais été vaccinés même s'ils sont souvent dehors et en contact avec d'autres chiens.»

Alexandra est venue consulter pour son labrador Oj, âgé de 10 mois. À l'adoption, la bête était maigre et avait des vers. Le Dr Monté lui administre un vaccin et un vermifuge. Il y aura un rappel dans un mois. La stérilisation est conseillée. La jeune femme acquiesce. «Disons qu'il commence à avoir de la drive...»

Josée Thériault, responsable et intervenante du programme Jeunes en Action Dauphine, explique que les 20 $ réclamés au jeune pour la consultation vise à leur inculquer quelques notions à l'égard de la prise en charge d'un animal. Un service de consultation gratuit encouragerait les adoptions multiples, croit-elle. «Nous voulons les amener dans une démarche de responsabilisation. Comme dans la population en général, il reste beaucoup d'éducation à faire.»

Les deux vétérinaires avouent retirer beaucoup de leur tâche bénévole. «J'aime beaucoup côtoyer ces jeunes. Ils sont gentils et respectueux. Ils sont eux-mêmes, sans façade», avoue la Dre Trudel. «Ça nous rappelle d'où l'on vient. Mais la grosse job, ce sont les gens de la Maison Dauphine qui la font à tous les jours», termine son collègue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer