Francisation des marques: David refuse de parler d'un «recul»

Selon La Presse, le gouvernement de Philippe Couillard a... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon La Presse, le gouvernement de Philippe Couillard a renoncé à l'idée de modifier la loi 101 pour forcer des détaillants à franciser leur marque anglophone. Une affirmation que la ministre Hélène David n'a pas niée, lundi.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre Hélène David demande encore «quelques jours» avant d'annoncer si son gouvernement ira de l'avant ou non avec l'imposition d'un descriptif français aux marques de commerce anglophones.

À l'ouverture de l'étude des crédits sur la langue française, Mme David a refusé d'accréditer la thèse d'un «recul» de Québec dans le dossier. Selon La Presse, le gouvernement de Philippe Couillard a renoncé à l'idée de modifier la loi 101 pour forcer des détaillants à franciser leur marque anglophone. Une affirmation que la ministre n'a pas niée, lundi.

«Ce projet réglementaire est pratiquement prêt, mais étant donné les circonstances, on va se donner encore quelques jours pour pouvoir procéder et pouvoir faire une annonce en bonne et due forme», a déclaré Mme David. La ministre remplace au pied levé son collègue Luc Fortin, dont on a annoncé vendredi dernier l'absence pour une période indéterminée. Elle a hérité de ses responsabilités de la Culture et de la Langue française.

Selon les informations qui circulent, les avis juridiques du gouvernement soutiennent qu'il n'est pas possible d'imposer un terme descriptif en français aux entreprises. L'année dernière, le premier ministre Philippe Couillard déplorait que les entreprises n'aient pas la «politesse élémentaire» de tenir compte de l'environnement francophone québécois. Un jugement de la Cour d'appel avait donné raison à un groupe de multinationales formé par Toys'R'Us, Old Navy, Walmart, Costco, Guess, Gap, Curves et Best Buy.

La ministre David a appelé à la patience avant la publication du règlement en question. Des consultations ont été menées par M. Fortin qui a pris en considération «tous les angles possibles», assure-t-elle.

Pas assez «proactifs»

Pour le député péquiste Maka Kotto, l'actuel gouvernement Couillard est «le pire de l'histoire» en matière de défense du français. Il accuse les libéraux de ne pas être assez «proactifs», notamment en ce qui a trait à la situation du français à Montréal. 

«Ça prend des moyens, une attitude et une posture politique qui montrent qu'on est vigilants et prêts à réagir quand la langue est menacée, a dit M. Kotto. Ce n'est pas le cas.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer