Radicalisation à l'Université Laval: Labeaume va s'«informer»

Lors de Tout le monde en parle, dimanche à Radio-Canada,... (Fournie par ICI Radio-Canada Télé)

Agrandir

Lors de Tout le monde en parle, dimanche à Radio-Canada, le journaliste Fabrice de Pierrebourg a invité le maire Labeaume à s'intéresser aux activités de radicalisation qui se dérouleraient dans sa propre cour.

Fournie par ICI Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume contactera «qui de droit» afin d'en savoir plus sur un possible «petit foyer de radicalisation» présent à l'Université Laval. Avant d'être évoquée par le journaliste Fabrice de Pierrebourg, dimanche, dans le cadre de l'émission Tout le monde en parle, le maire de Québec n'avait pas eu vent d'une telle situation.

Régis Labeaume a réagi calmement aux propos de Fabrice de Pierrebourg, mardi matin, en marge d'une visite dans les bureaux d'une entreprise de la basse ville. «Ce sont les affaires de l'Université Laval. Mais je vais m'informer auprès de qui de droit pour savoir ce qu'il en est. Ça n'est jamais venu très évident à mes oreilles, on m'aurait informé normalement», a déclaré le maire de Québec.

Dans l'épisode de Tout le monde en parle diffusé dimanche à Radio-Canada, M. de Pierrebourg invitait le maire à s'intéresser aux activités de radicalisation qui se dérouleraient dans sa propre cour. «Il y en a en région, il y en a à Québec. Le maire Labeaume pourrait regarder aussi ce qui se passe dans sa ville. Il y en a. À l'Université Laval, il y a, on sait, un petit foyer de radicalisation», a dit M. de Pierrebourg sur le plateau de télévision.

Le coauteur de Djihad.ca était alors appelé à réagir aux déclarations du maire de la capitale, qui disait la semaine dernière qu'il existerait des activités de radicalisation dans certaines mosquées, mais «plus à Montréal».

Collaborateur à l'émission de Paul Arcand, M. de Pierrebourg est lui aussi revenu sur ses affirmations, mardi matin. Surpris par le «psychodrame que ça a créé» de ce côté-ci de la 20, il a essentiellement maintenu ses propos et énuméré divers exemples qui tendent à démontrer que l'Université Laval a un historique en la matière.

Il a notamment mentionné le cas d'Ahmed Abassi, cet étudiant de l'Université Laval arrêté aux États-Unis par le FBI, en avril 2013, pour avoir fait de fausses déclarations aux services frontaliers américains dans le but de faciliter un acte terroriste. Le FBI affirmait que le Tunisien avait radicalisé Chiheb Esseghaier, qui purge aujourd'hui une peine de prison à perpétuité pour avoir comploté en vue de faire dérailler un train de VIA Rail. Abassi a été déporté en Tunisie.

Enquête récente?

En toute fin d'intervention, M. de Pierrebourg a affirmé en ondes que «la GRC [Gendarmerie royale du Canada] est sur le cas d'un étudiant de l'Université Laval qui a proféré des menaces à un commerçant de la ville de Québec il y a quelques mois».

Invité à préciser par Le Soleil, à savoir s'il y avait réellement enquête, le journaliste ne s'est pas davantage avancé, mais a réitéré qu'une source lui avait fait mention d'un pareil cas quelque part au printemps ou à l'été 2015. La GRC ne pouvait confirmer ou infirmer une telle information, mardi. Qui plus est, les autorités n'ont pas l'habitude de commenter une enquête en cours ni d'en confirmer l'existence.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer