Tout le monde à la soupe au centre-ville de Québec!

Océanne Nadeau et Ilona Szabo, 14 ans, deux élèves de... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Océanne Nadeau et Ilona Szabo, 14 ans, deux élèves de Quebec High School, ont répondu mercredi à l'invitation du Café Rencontre de partager un repas en compagnie des plus démunis. La bénévole Chantal Carrière s'est fait un plaisir de les servir.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À l'instar des habitués du quartier Saint-Roch, le jeune directeur du Café Rencontre, Simon Fournier, a souvent observé le phénomène des «deux solitudes» de la rue Saint-Joseph. D'un côté, des commerçants qui cherchent à séduire une clientèle relativement aisée, surtout à l'heure du midi; de l'autre, des gens sans le sou qui tuent le temps à l'extérieur, près des organismes communautaires.

C'est justement dans le but de briser les préjugés des premiers à l'égard des seconds et établir un rapprochement salutaire que le Café Rencontre a invité les gens d'affaires du quartier à venir «vivre la soupe» mercredi midi. Soupe pour soupe populaire, s'entend...

Dans la cuisine, une armée de bénévoles et de travailleurs s'active dans une ambiance aussi joyeuse que frénétique. L'accueil inconditionnel est au rendez-vous. Les invités sont servis avec le plus beau des sourires. Au-dessus de l'endroit où les assiettes sont servies, une banderole affiche la philosophie de l'endroit : «L'espoir est aussi au menu.»

«C'est une réalité cachée qui mérite d'être connue, avance Simon Fournier. Ce genre d'expérience permet aux gens de se parler. Un repas communautaire, c'est rassembleur. Sinon, il se crée un fossé, la peur et les préjugés s'installent. Nous croyons aux bénéfices de la mixité sociale.»

Depuis 1987, la soupe populaire du Café Rencontre est un service essentiel dans le quartier. Plus de 270 repas sont servis chaque jour, une hausse de 10 à 25 % depuis un an. «C'est considérable», déplore M. Fournier. Le petit déjeuner accueille quotidiennement une quarantaine de personnes. Moisson Québec est un partenaire indispensable pour l'approvisionnement en denrées alimentaires.

Si peu de commerçants ont accepté l'invitation de venir partager un repas avec les habitués de la place, en revanche, une vingtaine d'élèves de 3e et 4e secondaire des écoles St. Patrick's High School, Quebec High School, François-de-Laval et Joseph-François-Perrault sont venus vivre l'expérience, à l'initiative d'une responsable du Morrin Centre, Elizabeth Perreault. À l'issue de leur visite, les jeunes seront invités à réfléchir sur «des activités concrètes pour lutter contre la pauvreté», explique-t-elle au Soleil.

Parmi ses ouailles, la jeune Rosalie Lapierre, 14 ans, élève de 3e secondaire à l'école St. Patrick. «C'est un endroit chaleureux, avec tous ces tableaux sur les murs. Les gens sont gentils et ont l'air de bien s'entendre. L'accueil est vrai et authentique», explique l'adolescente, qui avait trouvé une place près d'une habituée de ce repas communautaire, Marie-Andrée, qui dit toujours éprouver un grand plaisir à fréquenter l'endroit.

«J'aime l'ambiance, avoue la dame. Les dirigeants traitent tout le monde de la même façon. Chacun est reconnu pour sa richesse personnelle. Ici, il n'y a pas de classes sociales.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer