Nouveau «Réchaud» nocturne pour les itinérants de Québec

Le projet pilote «Le réchaud», à deux pas... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le projet pilote «Le réchaud», à deux pas de la Maison de l'Auberivière sera ouvert en 23h et 7h, et ouvrira ses portes de façon inconditionnelle aux sans-logis qui désirent un peu de réconfort.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les itinérants qui refusent, par nuit de grand froid, de s'abriter dans les refuges traditionnels disposent désormais d'un nouveau lieu d'accueil à Québec. Chaque hiver, lorsque la température le commandera, un local baptisé Le Réchaud leur ouvrira ses portes, sur la rue Saint-Paul, à deux pas de la Maison L'Auberivière.

La Ville de Québec a octroyé une subvention de 8700 $, jusqu'au 31 mars, afin de permettre la mise sur pied de ce projet pilote caritatif. «Ce n'est pas beaucoup d'argent, mais ça peut faire la différence pour bien des individus, surtout lorsqu'ils sont intoxiqués et qu'il fait - 20. Le principe, c'est qu'il y ait le moins de monde possible qui couche dehors», a expliqué lundi en conférence de presse le maire Régis Labeaume, flanqué pour l'occasion de la conseillère Chantal Gilbert, responsable du développement social au comité exécutif, et du directeur général de L'Auberivière, Éric Boulay.

Ce petit café sera ouvert de 23h à 7h, lorsque la température nocturne tombera sous la barre des - 10 degrés. Les itinérants, hommes ou femmes, pourront y passer le temps voulu, dans une ambiance d'accueil inconditionnel, où boissons chaudes et muffins seront servis. Aucun lit ne sera toutefois disponible pour dormir. Deux intervenants psychosociaux passeront la nuit sur place afin de créer un lien de confiance avec les visiteurs et, si nécessaire, les aiguiller vers les ressources communautaires appropriées.

L'Auberivière avait tenté l'expérience, plus tôt cet hiver, alors qu'un froid mordant avait incité l'établissement à ouvrir le local. Huit personnes s'étaient alors présentées pour la nuit, un nombre jugé suffisant pour répéter l'expérience.

Compagnons canins

Les nuits de froid extrême, explique-t-on, ce ne sont pas tous les itinérants qui sont à l'aise d'aller dans des centres d'hébergement comme L'Auberivière, dont la capacité d'accueil est de 70 personnes. «Certains ont des chiens que les refuges n'acceptent pas. D'autres ne veulent pas dormir dans un dortoir ou partager une douche commune. Avec ce local, nous essayons de garder les choses le plus simple possible, mais le plus important demeure l'accueil dans un lieu sécuritaire», explique Éric Boulay.

L'ouverture du Réchaud est accueillie avec satisfaction par les autorités policières. Le maire Labeaume y voit une approche plus conciliante dans l'intervention auprès des itinérants. «Au lieu de les mettre en cellule, on les amène ici. C'est pas mal plus brillant. C'est une façon de raffiner l'intervention policière.

«Vous allez en voir de plus en plus de projets comme ça. Soyons plus intelligents, plus modernes dans nos approches [en matière d'itinérance]», ajoute-t-il, donnant en exemple l'organisme communautaire PECH, sur le boulevard Charest, où les policiers vont reconduire depuis quelques années les individus aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer