Attentat au Burkina Faso: le rapatriement des corps espéré en fin de semaine

Depuis la tragédie, les gens se sont présentés... (LE SOLEIL, ERICK LABBÉ)

Agrandir

Depuis la tragédie, les gens se sont présentés en grand nombre à la maison des Carrier afin de rendre hommage aux coopérants tués lors d'une attaque terroriste au Burkina Faso.

LE SOLEIL, ERICK LABBÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Près d'une semaine après les attentats terroristes de Ouagadougou, les familles des six victimes québécoises espèrent que les corps de leurs proches pourront être rapatriés au Canada durant la fin de semaine.

Pour l'instant, la seule information que les familles d'Yves Carrier, sa conjointe Gladys Chamberland, ses enfants Charlelie et Maude et leurs amis Louis Chabot et Suzanne Bernier ont reçue concerne la préparation des corps qui aura lieu au Burkina Faso.

«Ce qu'on nous a dit, c'est que ça prendrait 72 heures pour l'embaumement. Cependant, parallèlement à ça, il y a aussi beaucoup de paperasse à compléter, et on ne nous a pas dit quand tout serait fait et quand les corps seraient prêts à rentrer au pays», a expliqué au Soleil Frédéric Carrier, fils d'Yves Carrier et frère de Charlelie et de Maude.

«Tout ce qu'on sait, c'est que le processus suit son cours. L'inspection des corps a été faite, et ils ont vérifié s'ils n'étaient pas contagieux. On ne sait pas s'ils seront rapatriés en fin de semaine ou plus tard», poursuit-il.

L'espoir des membres des familles Carrier, Chamberland, Chabot et Bernier est bien sûr que le rapatriement s'effectue rapidement. «On espère que la paperasse sera réglée dans le même délai de 72 heures, mais ça, personne ne nous l'a encore confirmé. Si on trouve le temps long? On a toute la vie pour le trouver long...», a philosophé Frédéric Carrier.

Au sujet de la possibilité de voir les disparus bénéficier de funérailles civiques, M. Carrier a avoué qu'elle n'avait jamais été évoquée dans ses communications avec le gouvernement. «Nous n'avons pas fait de demande en ce sens, mais tant mieux si ça arrive, car ils le méritent», a-t-il conclu.

Tués par des terroristes

Les six coopérants s'étaient rendus au Burkina Faso peu de temps avant les Fêtes pour aider à la construction d'une école et logeaient à l'hôtel Splendid de Ouagadougou en attendant de rentrer au Canada le lendemain.

Six ou sept terroristes armés sont surgis en début de soirée vendredi et ont attaqué le restaurant Cappuccino, faisant 30 morts et une cinquantaine de blessés, en plus de tenir 176 personnes en otages à l'hôtel. Le siège a pris fin le lendemain, quand les forces de sécurité ont investi l'hôtel et abattu quatre des terroristes.

Les attentats ont été revendiqués par l'organisation terroriste algérienne Al-Qaida au Maghreb islamique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer