René Lévesque, icône du Québec

  • Le barrage Manic-5 (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Le barrage Manic-5

    Archives Le Soleil

  • 1 / 9
  • Le Patriote (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Le Patriote

    Archives Le Soleil

  • 2 / 9
  • René Lévesque (Photo fournie par Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centres d’archives de Montréal, fonds ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Série Office du film du Québec (E6, S7, SS1, D780727))

    Plein écran

    René Lévesque

    Photo fournie par Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centres d’archives de Montréal, fonds ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Série Office du film du Québec (E6, S7, SS1, D780727)

  • 3 / 9
  • Maurice Richard (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Maurice Richard

    Archives Le Soleil

  • 4 / 9
  • Le référendum de 1980 (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Le référendum de 1980

    Archives Le Soleil

  • 5 / 9
  • Expo 67 (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Expo 67

    Archives Le Soleil

  • 6 / 9
  • Équipe de draveurs (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Équipe de draveurs

    Archives Le Soleil

  • 7 / 9
  • Jacques Cartier et les Indiens (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Jacques Cartier et les Indiens

    Archives Le Soleil

  • 8 / 9
  • Trudeau et la reine (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Trudeau et la reine

    Archives Le Soleil

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quelle image représente le mieux l'histoire du Québec? Une équipe de chercheurs de l'Université Laval et du Musée de la civilisation a voulu mettre le doigt sur les photos du passé qui parlent le plus aux Québécois. Parmi la soixantaine de clichés proposés, monsieur et madame Tout-le-monde a jeté son dévolu en grande majorité sur René Lévesque.

«Je n'ai pas été surpris que le personnage de René Lévesque ressorte aussi fort. Il est central dans le panthéon québécois», commente en entrevue Jocelyn Létourneau, professeur d'histoire à l'Université Laval et un des auteurs de cette recherche publiée en fin d'année 2015. C'était la première fois que M. Létourneau, qui s'intéresse à la construction identitaire depuis 15 ans, mesurait la résonance de photos sur la conscience historique des citoyens ordinaires. 

Le cliché de René Lévesque a été choisi par 55 % des répondants. Aimé autant des francophones que des anglophones pour son intégrité, le politicien québécois incarne «l'élan», «l'image du Québec moderne», le «nationalisme», le désir de «reconquête». «Même si Jean Lesage est associé à la Révolution tranquille, c'est René Lévesque qui ressort comme figure fondamentale, qui a éminemment contribué à l'évolution positive du Québec», explique M. Létourneau.

«Il était aimé. Il émane de lui une image chaleureuse, rassembleuse», indique pour sa part Johanne Daigle, collègue de M. Létourneau et coauteure de l'étude. 

Certains répondants consultés dans la recherche ont parlé du «culte» voué à Lévesque, qui transcende les camps politiques et les réalisations. 

Avec deux autres acolytes, M. Létourneau et Mme Daigle ont consulté des centaines de citoyens, visiteurs du Musée de la civilisation en 2012 et internautes. Le Musée avait un intérêt à s'associer à cette recherche, car il souhaite éventuellement renouveler son exposition permanente Le temps des Québécois

«Attention, ici, on n'est pas dans la vérité ou la fausseté. On est dans l'imagination populaire», prévient M. Létourneau. Peu importe leur niveau de connaissances en histoire, chaque citoyen forge sa propre version des événements passés, question de donner un sens à son présent. «L'histoire est une immense zone grise qu'on noircit ou qu'on blanchit selon notre bon vouloir.»

Division du Québec

Comme deuxième image la plus choisie par les répondants à l'étude figure un immeuble de logements où différentes affiches des camps du Oui et du Non sont apposées sur les balcons. C'était lors du référendum de 1980. Pour les auteurs, cette image représente la «division d'un peuple» qui dure depuis de nombreuses années. 

Vient ensuite Maurice Richard, associé à l'identité «canadienne-française rebelle». Choisi autant par les anglophones que par les francophones, il véhicule le mythe du héros et touche à notre sport national, décrit comme la «religion moderne» des Québécois par un répondant. 

Les autres images populaires font presque toutes référence au nationalisme, à la quête d'un peuple, qui ressort comme l'«idée centrale», selon M. Létourneau. La prise de Québec évoque un grand changement historique, le contact avec les Amérindiens est vu comme un point de départ, le sirop d'érable et l'affiche «Français d'abord» renvoient à des spécificités québécoises. 

«C'est une vision relativement heureuse, positive de ce que le Québec a été», analyse M. Létourneau. Le chercheur ne perçoit ni ressentiment ni amertume dans les choix des citoyens. «Le nationalisme n'est pas associé à l'image d'un loup féroce avec les crocs acérés qui veut manger tout le monde.» Selon lui, les Québécois se définissent davantage comme «un peuple qui a juste une volonté de perdurer et de s'épanouir dans le concert des peuples du monde, point à la ligne».

***

Notez que pour une question de droits d'auteur, et avec le consentement de M. Létourneau, Le Soleil reproduit avec cet article des photos qui sont soit identiques, sinon très semblables à celles qui ont été présentées aux répondants.

La reine et la guerre rejetées

Les images qui représentent le moins l'histoire du Québec selon les personnes sondées dans l'étude sont celles qui font référence aux conflits ou au multiculturalisme canadien. 

La photo la plus rejetée est celle de Pierre-Elliott Trudeau assis en face de la reine Élisabeth II lors du rapatriement de la Constitution, en 1982. Un événement historique duquel le Québec est exclu. «Il y a comme un face-à-face entre cette photo et celle de René Lévesque. Il y a une logique là-dedans, une cohérence», commente l'historienne Johanne Daigle. 

Les Québécois excluent généralement de leur histoire les références aux anglophones et au multiculturalisme. «Ce n'est pas que les gens haïssent les anglos ou les autres cultures, mais ils les perçoivent en opposition à leur histoire à eux», soutient Jocelyn Létourneau. 

L'historien explique que peu importe le peuple, il existe une tendance à raconter l'histoire comme on construit un conte pour enfants, avec des bons et des méchants. «On a beau être intelligents et devenus des adultes, il y a quelque chose de rassurant avec cette vision binaire des choses.»

Zone d'ombre

Les photos qui se retrouvent en milieu de classement font davantage référence aux grosses familles, à la colonisation, à la pauvreté en milieu rural et à la religion catholique. «C'est comme une zone d'ombre de notre histoire. Ça reste un passé qui est plus ou moins assumé», évoque Mme Daigle. 

Selon elle, les Québécois reconnaissent l'omniprésence des religieux et leur contribution à la société. Même chose pour le travail de la terre par leurs ancêtres. Mais au lieu de glorifier cette époque, les gens minimisent son importance. C'est un peu la «mémoire honteuse» du Québec, évoque M. Létourneau. 

Le même inconfort se retrouve dans le rapport que les Québécois ont avec la guerre. Même s'ils ont participé, comme tous les autres Canadiens, aux deux guerres mondiales, les Québécois aiment se considérer comme une nation pacifique, d'où le rejet de la photo d'une manufacture d'obus, explique M. Létourneau.  

› Images les plus souvent choisies

  1. René Lévesque (55 %)
  2. Référendum de 1980 (47 %)
  3. Maurice Richard (45 %)
  4. La prise de Québec (43 %)
  5. Campement amérindien (36 %)
  6. Affiche «Français d'abord» (35 %)
  7. Érablière (33 %)
  8. Barrage Manic-5 (32 %)
  9. Affiche Expo 67 (31 %)
  10. Jacques Cartier et les Indiens (31 %)
  11. Équipe de draveurs (31 %)
  12. Figure du patriote (30 %)

› Images les plus souvent rejetées

  1. Trudeau et la reine (29 %)
  2. Armoiries protestantes (29 %)
  3. Restaurant casher (27 %)
  4. Famille anglophone (21 %)
  5. Manufacture d'obus (21 %)

Méthodologie

Financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, la recherche a été menée à partir de 2012 par l'Université Laval et le Musée de la civilisation de Québec. Quatre auteurs ont mis la main à la pâte : Jocelyn Létourneau, Claire Cousson, Lucie Daignault et Johanne Daigle. En tout, 427 «gens ordinaires» ont participé. Le Musée de la civilisation a sondé 122 de ses visiteurs, qui ont rempli le questionnaire sur place, et 305 autres personnes l'ont rempli par Internet. De ces répondants, 56 % sont des femmes et 84 % sont francophones. Voici la principale question posée : «Parmi les 60 images proposées, choisissez les 10 images que vous considérez comme les plus représentatives du Québec et de son histoire, et les 5 images que vous considérez comme les moins représentatives du Québec et de son histoire.» Les résultats de la recherche ont été publiés en novembre 2015 dans l'article «Le mur des représentations : images emblématiques et inconfortables du passé québécois», publié dans la revue Histoire sociale.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer