Les héros québécois oubliés du Noël noir

Des soldats canadiens dans un poste d'observation, le... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Des soldats canadiens dans un poste d'observation, le 7 décembre 1941, un jour avant le début de la bataille de Hong Kong.

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Cascapédia-Saint-Jules) Il y a 74 ans, des membres du Royal Rifles of Canada, un régiment militaire basé à Québec, étaient sur le point d'être capturés par l'armée japonaise à l'occasion de la bataille de Hong Kong, un chapitre méconnu de la Deuxième Guerre mondiale.

Cette bataille, amorcée le 8 décembre 1941, a fait 290 morts dans les rangs canadiens, et des centaines de soldats ont été faits prisonniers le 25 décembre suivant, encore appelé «Black Christmas», le Noël noir. Vingt-trois prisonniers canadiens de la bataille de Hong Kong vivent encore.

Quatre d'entre eux, Paul Dallain, Robert Barter, Philip Doddridge et William MacWhirter, tous âgés de plus de 90 ans, vivent en Gaspésie et ils ont récemment été honorés par la Chine, qui leur a remis une médaille pour leur contribution à la bataille de Hong Kong et pour souligner le 70e anniversaire de la libération de ce qui était alors un territoire britannique. Les autres anciens prisonniers de Hong Kong ont aussi reçu cet honneur.

Les Royal Rifles de Québec et les Winnipeg Grenadiers ont constitué les deux premiers contingents canadiens à combattre dans le second conflit mondial. Des 1975 soldats de ces régiments envoyés à Hong Kong, 550 sont morts, les 290 combattants de décembre 1941, et 260 soldats sont morts comme prisonniers. Il y a eu 600 blessés canadiens. Le taux de perte, 53 %, a été exceptionnellement élevé.

Les soldats qui avaient été faits prisonniers le... (Archives La Presse Canadienne) - image 2.0

Agrandir

Les soldats qui avaient été faits prisonniers le jour de Noël 1941, pendant la bataille de Hong Kong, ont été libérés le 6 septembre 1945 après 44 mois dans des camps de travail. «La malnutrition était le pire problème, le manque de qualité des aliments, le manque de nourriture et les maladies découlant de la malnutrition», a commenté l'ex-soldat Phil Doddridge.

Archives La Presse Canadienne

Honorés par la Chine

Les quatre Gaspésiens ont été envoyés dans des camps de travail. Ils n'ont été libérés qu'en août 1945, presque 44 mois plus tard, juste avant la capitulation du Japon. Les médailles de la Chine ont été attribuées par l'Association des vétérans de Hong Kong.

«C'est tout un honneur, considérant que ça vient de la République populaire de Chine. C'est quelque chose que je n'oublierai jamais», note Phil Doddridge. Homme de peu de mots, cet ancien enseignant et administrateur scolaire se souvient bien de ses 44 mois en temps de travail.

«La malnutrition était le pire problème, le manque de qualité des aliments, le manque de nourriture et les maladies découlant de la malnutrition», dit-il.

Paul Dallain est sorti de Hong Kong dans un tel état qu'il a été hospitalisé pendant sept ans à son retour. Il souffrait de tuberculose.

«Ils ont tout essayé. J'ai passé six ans au lit et un an en physiothérapie. Au début, il n'y avait aucun remède, mais j'ai passé tellement de temps à l'hôpital que des médicaments ont été développés pendant mon séjour. Ils m'ont quand même enlevé des côtes, et finalement un poumon», raconte-t-il. Il a été hospitalisé à Montréal, Québec et Saint-Hyacinthe. Le temps était long. «C'était difficile de rencontrer les jeunes filles et dire : "Je souffre de tuberculose." Ce n'était pas populaire.»

La seule consolation, de taille, c'est qu'il a rencontré celle qui allait devenir sa conjointe, Irene, pendant son hospitalisation à Saint-Hyacinthe. 

«Elle était ergothérapeute. Elle m'a soigné pendant cinq ans. Ce n'était pas comme rencontrer une fille qui n'était pas au courant de ma condition. Elle avait le portrait précis de la situation», dit M. Dallain, qui a fait carrière aux postes.

William MacWhirter mesurait six pieds deux pouces et pesait 220 livres quand il a été fait prisonnier. Il était une force de la nature.

«Je pesais 90 livres quand nous avons été libérés. Les soldats japonais m'ont cassé le nez et les dents du devant pendant mon séjour en camp de travail. L'un d'eux s'est servi de son arme pour me frapper sur le côté de la tête. Après mon retour au pays, je perdais connaissance sans raison, à cause de dommages neurologiques [...] C'est à Montréal que j'ai trouvé un médecin qui m'a donné la bonne pilule pour faire passer mes maux. Je la prends depuis, et pour le reste de mes jours», raconte M. MacWhirter, encore un solide nonagénaire qui a fait carrière aux chemins de fer.

Plusieurs ouvrages historiques ont blâmé l'armée britannique pour le commandement bâclé entourant la protection de Hong Kong contre le Japon, allié de l'Allemagne nazie à l'époque.

Allison Pollock, originaire du Nouveau-Brunswick, William MacWhirter, de... (Collaboration spéciale Gilles Gagné) - image 3.0

Agrandir

Allison Pollock, originaire du Nouveau-Brunswick, William MacWhirter, de Gaspé, Philip Doddridge, de New Richmond, et Paul Dallain, de New Carlisle, ont récemment été honorés par la Chine. Derrill Henderson, de l'Association des vétérans de Hong Kong, est à l'arrière-plan. 

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Du côté droit... pour le moment

Les 23 survivants canadiens de la bataille de Hong Kong, dont les vétérans du Royal Rifles de Québec, devront porter leur médaille du côté... droit pour un certain temps, alors que les médailles de service remises par l'État canadien ou la reine sont immédiatement épinglées du côté gauche. «Elles n'ont pas encore été acceptées par Rideau Hall ou, si vous préférez, par le gouverneur général [...] Quand un pays étranger décerne des médailles de service, il doit demander leur approbation au gouverneur général», explique Derrill Henderson, secrétaire de l'Association des vétérans de Hong Kong. Le gouverneur général prend de six mois à un an avant d'approuver les médailles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer