Refuge animalier menacé de fermeture dans Portneuf

Les 20 $ par animal recensé reçus actuellement... (123RF, Dwight Smith)

Agrandir

Les 20 $ par animal recensé reçus actuellement par L'Arche de Kathleen de Portneuf étant insuffisants pour couvrir les frais d'exploitation, le refuge animalier pourrait être forcé de fermer ses portes au début de l'année 2016.

123RF, Dwight Smith

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le refuge animalier L'Arche de Kathleen, qui dessert quelques municipalités de Portneuf, devra fermer ses portes le 1er janvier s'il ne réussit pas à faire accepter une hausse substantielle de son tarif par les élus.

«Le mode de financement est à revoir en raison de la grande disponibilité requise, des nombreux déplacements, des frais vétérinaires et de l'entretien des installations. Il nous en a coûté 55 000 $ simplement pour nous conformer aux normes du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation», explique au Soleil Kathleen Marcotte, propriétaire du refuge.

Actuellement, l'organisme fonctionne avec un mince budget de 13 000 $ par année. En vertu d'un projet-pilote avec les municipalités de Cap-Santé, de Neuville, de Portneuf et de Pont-Rouge L'Arche de Kathleen perçoit ainsi 20 $ par animal recensé pour délivrer les médailles.

Cette somme serait toutefois insuffisante pour lui permettre d'assurer ses frais, et elle a proposé aux municipalités de lui verser 2,75 $ par citoyen, ce qui signifierait, par exemple, une facture de 24 788,50 $ pour Pont-Rouge, 11 525,25 $ pour Neuville, 9009 $ pour Cap-Santé et 8769,75 $ pour Portneuf. Elle souhaiterait aussi que les autres municipalités de la MRC de Portneuf se joignent au projet pour en assurer la continuité.

Pas de SPA

«Il ne faut pas oublier que la Société protectrice des animaux [SPA] de Québec ne couvre plus le territoire de Portneuf depuis 13 ans, alors les gens ne savent plus où se référer pour les animaux errants ou perdus. Quand la Sûreté du Québec reçoit un appel, il m'est référé, peu importe que la municipalité concernée participe ou non au projet-pilote», explique Mme Marcotte.

Ses interventions dans des municipalités «non couvertes» lui amènent évidemment des débours supplémentaires. Kathleen Marcotte, qui occupe un emploi régulier en plus de son travail dans son organisme, souhaiterait aussi embaucher des gens, car elle n'est pas capable d'assurer seule le service. «Nous avons fait à la MRC une proposition à 2,75 $ par citoyen pour couvrir sept municipalités. Le tarif pourrait même être plus bas si plus de municipalités participaient.»

Malheureusement, certaines municipalités ont répondu qu'elles souhaitaient conserver un «service interne». «Ne nous racontons pas d'histoire : la Sûreté du Québec, les pompiers et les inspecteurs municipaux ne sont pas formés pour faire de la gestion animalière et plusieurs municipalités n'ont même pas d'endroit conforme pour garder les animaux», indique Kathleen Marcotte.

La propriétaire s'inquiète également de voir des municipalités revenir à des méthodes peu éthiques. «Trois municipalités de Portneuf faisaient encore affaire, jusqu'au printemps dernier, avec la Ferme au toit orange, dont le propriétaire abattait les chiens à coups de fusil après trois jours.»

«J'aimerais que la MRC appuie ma proposition et l'applique sur so­n territoire, car Portneuf mérite une fourrière éthique sur son territoire. Cependant, si on ne m'a pas ouvert de porte à la négociation d'ici là ou si on ne m'a pas fait de contre-proposition, je n'aurai malheureusement pas le choix de mettre fin au service», conclut Mme Marcotte.

La MRC étudiera le dossier

Conscient des défis auxquels fait face le refuge animalier L'Arche de Kathleen, le préfet de la MRC de Portneuf et maire de Neuville, Bernard Gaudreau, a promis de discuter du dossier avec ses homologues des autres municipalités.

«J'ai déjà commencé à discuter avec les maires de Pont-Rouge et Donnacona. On regarde comment on va orienter nos flûtes», explique M. Gaudreau, qui a aussi l'intention de parler du dossier cette semaine lors d'un comité de travail de la MRC

Neuville étant desservie depuis un an par L'Arche de Kathleen, M. Gaudreau avoue que l'organisme offre un service de grande qualité. «On le sait, et on connaît les défis auxquels Mme Marcotte fait face. On sait qu'elle a besoin de davantage de revenus compte tenu des coûts d'exploitation du refuge. Reste à voir, si on ne peut pas payer le montant demandé, s'il ne pourrait pas y avoir un plan B.»

Pour ce qui est de la qualité des services dispensés, les maires de Cap-Santé, de Portneuf et de Pont-Rouge abondent tous dans le même sens. «Le projet pilote a très bien répondu à nos attentes pour le relevé des médailles, la fourrière et le suivi des plaintes, la compassion pour les animaux et l'éducation. Nous analysons présentement l'offre qui nous a été faite par Mme Marcotte», affirme Denis Jobin, maire de Cap-Santé.

«Nous n'avons aucune raison de ne pas poursuivre l'entente avec L'Arche, car nous sommes aussi satisfaits des services offerts», a déclaré Nelson Bédard, maire de Portneuf.

Le maire de Pont-Rouge, Ghislain Langlais, est lui aussi satisfait du service, mais avoue que la hausse de tarif est difficile à avaler. «Nous allons en parler au conseil, mais il faudra voir si nous avons les moyens. C'est une grosse augmentation. Ça nous coûterait à peu près 25 000 $, ce qui est à peu près le double de ce qu'on paie actuellement», a-t-il déclaré. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer