Des manifestants dénoncent la réforme annoncée de l'aide sociale

L'Association de défense des droits sociaux de la... (Courtoisie)

Agrandir

L'Association de défense des droits sociaux de la Rive-Sud a manifesté depuis le couloir menant au bureau du ministre Sam Hamad.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre Sam Hamad a reçu la visite de manifestants critiques de la réforme annoncée de l'aide sociale qui pourrait priver certains prestataires de la moitié de leur chèque mensuel.

Un premier groupe de militants espéraient occuper le bureau de circonscription du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, mardi matin. À leur arrivée sur la route Jean-Gauvin, ils étaient attendus.

C'est donc depuis le couloir qu'ils ont énoncé leurs craintes quant au désir du gouvernement d'imposer un plan d'intégration en emploi aux nouveaux demandeurs de prestations d'aide sociale. Si ceux-ci refusent de participer, s'ils refusent un emploi, leur chèque sera amputé; jusqu'à la moitié. «On ne peut pas laisser les gens crever de faim», dénonce la coordonnatrice de l'Association de défense des droits sociaux de la Rive-Sud, Roxane Blanchet.

Dans le groupe contestataire, des représentants de l'ADDS, mais aussi du Regroupement des femmes sans emploi du Nord de Québec, du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste et du Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches, entre autres.

Ces manifestants se disent préoccupés par le «flou artistique» qui entoure le projet du ministre Hamad. Les détails sur l'application, les critères d'admissibilité, les pénalités qui seront imposées... bien des éléments demeurent nébuleux, note Mme Blanchet.

Elle précise que les groupes de défense des droits des personnes qui touchent de l'assistance sociale ne sont pas opposés aux mesures favorisant le retour au travail des prestataires. Ils sont toutefois contre «la méthode bâton» qui ne fonctionnerait pas, selon eux.

Un peu plus tard, c'est devant le ministère du Travail, sur la colline parlementaire, qu'un deuxième groupe de manifestants s'est présenté. Le Collectif pour un Québec sans pauvreté a présenté des cartes de Noël illustrées pour le ministre Hamad : «Des moutons se font traiter de profiteurs, de parasites, par les loups», explique le porte-parole, Serge Petitclerc. «Les moutons disent : "Ça va faire !"»

Le Collectif compte distribuer près de 1,5 million de ces cartes dénonçant les préjugés envers les moins nantis, ajoute-t-il. Des cartes qui pourront être envoyées au ministre.

Au-delà des préjugés envers les plus pauvres, la campagne vise également à faire pression sur le gouvernement pour qu'il renonce à couper de moitié les chèques des prestataires de l'aide sociale qui ne participeront pas aux nouvelles mesures d'intégration en emploi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer