Aucun appui pour Labeaume sur la Colline

Le premier ministre Philippe Couillard, accompagné des ministres... (PC, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard, accompagné des ministres Kathleen Weil et Pierre Moreau

PC, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La proposition du maire Régis Labeaume d'une politique d'immigration qui laisse de côté les «gars de 20 ans frustrés» n'a reçu aucun appui, mercredi, sur la colline parlementaire.

«Je ne commenterai pas ces propos-là, a déclaré le premier ministre Philippe Couillard. Je veux parler à M. Labeaume. Il va préciser ses propos, certainement.» 

Les ministres libéraux ont gardé leur distance par rapport aux déclarations du maire de Québec, qui veut privilégier l'accueil d'orphelins syriens et de familles parce que «ça fait moins peur au monde». 

«Vous savez, dans des situations comme celle-là, des fois, ça vaut la peine d'attendre un peu, et regarder quand la poussière va retomber», a réagi le ministre Sam Hamad. 

La capitale a été la première ville au Québec prête à accueillir des réfugiés, notamment par l'intermédiaire de son centre multiethnique et de ses écoles, a souligné le responsable de la région de Québec. 

«Il faut juste prendre le temps et ne pas jouer dans le jeu des terroristes, a indiqué M. Hamad. C'est la terreur, c'est la peur. Il faut prendre le temps, regarder nos moyens, et après, tout va se placer à sa place.»

Les terroristes visent à entretenir la peur, à bloquer l'économie et à alimenter un climat d'insécurité, a dit le ministre. «Si on embarque dans ce jeu-là, les terroristes peuvent crier victoire», a affirmé M. Hamad. 

De son côté, le ministre de la Sécurité publique, Pierre Moreau, a insisté sur le processus rigoureux de sélection des réfugiés, par opposition à la suggestion «peut-être prématurée» du maire de Québec. «Ça m'apparaît être une procédure assez rigoureuse et sérieuse, a lancé M. Moreau. [...] Il faut prendre ça calmement et s'assurer que la procédure est suivie correctement. Les gens qui vont arriver ici sont des gens qui ne présenteront pas de risque pour la population.» 

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, ne partage pas non plus l'idée qu'il faut se méfier davantage des réfugiés plus jeunes. «Non, a dit M. Péladeau. Moi, je crois que le processus appartient à Mme la ministre [Kathleen Weil]. Elle doit faire le nécessaire pour rassurer la population.»

Une analyse partagée par le chef caquiste François Legault, qui a souligné que l'attentat de Saint-Denis avait été l'oeuvre «d'une kamikaze», mercredi.  «Moi, je pense qu'il faut être prudent quand on commence à regarder le statut social, a déclaré M. Legault. Il faut surtout s'assurer que les vérifications de sécurité ont été faites pour les personnes qu'on reçoit.» 

Le maire n'a pas commenté mercredi le dossier des réfugiés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer