Oxiliaire: une bouée pour les aidants naturels

La présidente d'Oxiliaire, Mylène Bédard... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La présidente d'Oxiliaire, Mylène Bédard

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Enfin de l'assistance pour les aidants naturels appelés à prendre soin d'un papa ou d'une maman en perte d'autonomie vivant encore à la maison, dans une résidence pour personnes âgées ou dans un centre d'hébergement et de soins de longue durée.

Mylène Bédard, une psychoéducatrice qui travaillait dans un centre de santé et de services sociaux avant de perdre son poste en mars dans la foulée des compressions budgétaires imposées par le gouvernement Couillard, vient de fonder Oxiliaire. Cette entreprise à vocation sociale est spécialisée en gestion et en courtage de services à la personne pour les aidants naturels et leur proche en perte d'autonomie.

Pour un forfait mensuel de 54,95 $, de 119,95 $ ou de 239,95 $, selon les besoins d'assistance requis, Oxiliaire, par l'entremise de son réseau naissant d'une soixantaine de fournisseurs, est en mesure de procurer une foule de services aux personnes en perte d'autonomie et, du même coup, de faciliter la vie des proches aidants.

Les services offerts par Oxiliaire vont de l'accompagnement des personnes en perte d'autonomie à un rendez-vous chez le médecin ou chez le coiffeur, à la gestion du paiement des factures, à l'organisation d'un déménagement, l'aide à la correspondance, etc.

«Jadis, dans les familles nombreuses, il y avait toujours un frère, une soeur, une tante ou un cousin qui était toujours disponible pour subvenir aux besoins d'un proche en perte d'autonomie. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Oxiliaire veut devenir ce membre de la famille toujours disponible pour prêter main-forte aux autres», explique Mylène Bédard au Soleil.

Laissés pour compte

Pour avoir travaillé dans le réseau de la santé et des services sociaux, cette dernière connaît bien la situation des proches aidants trop souvent laissés pour compte.

Quand son père a subi une crise cardiaque, elle a dû subvenir aux besoins de ce dernier et aussi de sa mère qui combattait un cancer du sein.

«Du jour au lendemain, je me suis retrouvée dans la peau d'une proche aidante pour soutenir mes parents malades. Mon frère vivant en Ontario, je devais m'occuper de tout. Des sorties de maman. Du contrat de déneigement...» raconte celle qui, à l'époque, devait en plus se déplacer fréquemment d'un bout à l'autre du Québec dans l'exercice de ses fonctions.

«Épuisée, je regardais autour de moi pour constater qu'il n'y avait personne pour m'aider. Je n'avais pas besoin de formation ou de soutien psychologique. Seulement d'un petit coup de pouce pour m'aider à accompagner mes parents.»

Oxiliaire propose également ses services aux entreprises soucieuses de faciliter l'existence de leurs employés qui doivent souvent s'absenter pour s'occuper d'un membre de leur famille en perte d'autonomie. «Ça vient compléter ce qui est offert par les programmes d'aide aux employés.»

Avouant qu'elle avait toujours eu la fibre entrepreneuriale, Mylène Bédard a bâti Oxiliaire avec une mise de fonds personnelle, du love money et une aide financière de Desjardins.

Son projet a suscité de l'intérêt de la part d'un certain nombre d'investisseurs. «Pour l'instant, je tente de me débrouiller toute seule comme une grande.»

Pour en savoir plus sur Oxiliaire, il suffit d'aller au www.oxiliaire.ca.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer