Des groupes communautaires à l'assaut des bureaux des députés

Le Soleil était présent au bureau de Sébastien Proulx... (Le Soleil, Frédéric Matte)

Agrandir

Le Soleil était présent au bureau de Sébastien Proulx (Jean-Talon), alors qu'environ 25 manifestants ont occupé les lieux de 11h30 à 12h45.

Le Soleil, Frédéric Matte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Le message va être passé. Ils ne pourront pas dire qu'ils n'ont pas reçu nos lettres cette fois-là, on est allé les porter directement dans leurs bureaux!»

Le «ils», prononcé par Vania Wright-Larin, porte-parole du Regroupement d'éducation populaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC), fait référence aux députés libéraux de la région de Québec, dont les bureaux ont été pris d'assaut lundi midi par les grévistes issus du milieu communautaire. Six des sept bureaux de députés libéraux ont ainsi été occupés, soit ceux de François Blais (Charlesbourg), de Sam Hamad (Louis-Hébert), d'André Drolet (Jean-Lesage), de Caroline Simard (Charlevoix-Côte-de-Beaupré), de Raymond Bernier (Montmorency) et de Sébastien Proulx (Jean-Talon). Celui de Patrick Huot (Vanier-Les Rivières) devait également être occupé, mais les manifestants se sont heurtés à des portes closes.

«Ça fait des années que des groupes communautaires sont en moyens de pression disons plus conventionnels pour faire entendre nos besoins de financement, nos revendications sociales. On a fait des pétitions, on a écrit des lettres aux députés à plusieurs reprises. Malheureusement, on se cogne à un mur, on n'est pas entendu pour nos revendications», déplore M. Wright-Larin.

En réaction, les groupes communautaires adoptent aujourd'hui une attitude plus ferme, et réclament haut et fort qu'un financement supplémentaire leur soit accordé, et que leurs subventions soient indexées annuellement afin de suivre l'augmentation des coûts de fonctionnement. Plus exactement, le mouvement On ferme! Le communautaire, dehors contre l'austérité réclame 225 millions $ de plus par année pour les organismes en santé et services sociaux, et 40 millions $ annuellement pour les groupes de défense collective des droits. 

Exaucées, ces demandes rapporteraient environ 12,7 millions $ aux organismes communautaires de la région de Québec, souligne Vania Wright-Larin.

«Les groupes sont tannés. L'élastique a sauté. On est rendu à couper dans les services, à réduire les heures d'ouverture, on est rendu à geler les conditions de travail du personnel dans le communautaire. Il faut plus d'argent, sinon, c'est tout le réseau communautaire qui se dégrade à chaque année.»

«Une action comme celle d'aujourd'hui, ça permet de faire entendre ce message, de faire prendre conscience à la population que la dégradation de leurs services est de plus en plus grande, de plus en plus fréquente.»

À l'assaut des bureaux des députés

Le Soleil était présent au bureau du député Sébastien Proulx, alors qu'environ 25 manifestants ont occupé les lieux de 11h30 à 12h45. Parmi eux, des membres des AmiEs de la Terre de Québec, du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, du Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale, et du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). L'action s'est déroulée rondement, comme celle de tous les bureaux de députés d'ailleurs. Après plus d'une heure d'occupation, les manifestants ont été escortés vers la sortie par le Service de police de la Ville de Québec, qui confirme que l'ensemble des actions posées par les manifestants lundi, dont plusieurs séances de piquetage, se sont déroulées dans l'ordre, et n'ont mené à aucun débordement.

La grève du milieu communautaire se poursuit mardi, et culminera à Québec par une manifestation régionale, dont le départ est annoncé à 18h à la place de l'Université-du-Québec.

À noter que des associations de l'Université Laval, dont les associations d'étudiants en sciences sociales, en philosophie, en anthropologie, en sociologie et en arts visuels, se sont jointes «au mouvement de grève qui touche le secteur public et les organismes communautaires». Ainsi, 997 étudiants étaient en grève lundi, et 5800 le sont mardi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer