L'ex-propriétaire de la Résidence du Havre ouvrira une autre maison pour aînés

Roch Bernier et ses associés ont acheté la... (Courtoisie)

Agrandir

Roch Bernier et ses associés ont acheté la Maison provinciale des Soeurs de l'Enfant-Jésus de Chauffailles de Rivière-du-Loup pour la transformer en résidence pour aînés.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Johanne Fournier</p>
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rivière-du-Loup) RIVIÈRE-DU-LOUP - Roch Bernier, l'ancien propriétaire de la sinistre Résidence du Havre où 32 personnes ont trouvé la mort dans un incendie en janvier 2014, est de retour dans l'univers des établissements pour aînés. Il ouvrira une résidence à une vingtaine de kilomètres de L'Isle-Verte. Après être ressorti écorché de l'enquête publique sur la tragédie, il assure qu'il ne lésinera pas sur les normes de sécurité.

S'il rebondit avec ce nouveau projet, la Résidence Reine-Antier de Rivière-du-Loup, qui pourra abriter près de 100 personnes âgées, il admet néanmoins qu'il n'arrivera jamais à tourner la page sur la funeste tragédie de son ancienne résidence. «C'est dans notre intérieur, confie M. Bernier. Mais, à un moment donné, il faut se relever et repartir. Ce qu'on a vécu, c'est quelque chose qu'on pourra jamais oublier. Il faut apprendre à vivre avec tout simplement.»

Si certains sont surpris que l'homme, qui avait été durement critiqué par le coroner Cyrille Delâge sur la gestion de son ancien établissement, celui-ci ne voit, pour sa part, aucun inconvénient à revenir dans le domaine. «C'est une très bonne idée», se défend Roch Bernier. «À Rivière-du-Loup, la Résidence Reine-Antier, elle va être dans les normes les plus complètes : il va y avoir des gicleurs. Les murs et les plafonds, ça va être tout en béton. Il va y avoir des escaliers de secours de rajoutés.»

Me Delâge, qui avait présidé l'enquête publique sur l'incendie meurtrier, avait recommandé que le système d'alarme soit directement relié au central 9-1-1 de la région et non à une compagnie située à l'extérieur, comme l'était la Résidence du Havre, ce qui avait augmenté les délais d'intervention des secours. Roch Bernier affirme, pour l'instant, que le système d'alarme de la nouvelle résidence ne sera pas relié au central 9-1-1 du Bas-Saint-Laurent. «Il reste ça à voir, admet-il. Vous savez, il y a encore beaucoup d'éléments à voir.»

«On va suivre les normes»

Le copropriétaire de la nouvelle résidence assure avoir pris bonne note des recommandations du coroner concernant le manque de formation de ses employés. «Mon personnel, il y a peut-être eu des manques, mais on va remédier à ça dans le futur pour la nouvelle résidence, fait-il valoir. On va suivre les normes et la certification.» Il confirme également qu'il obligera tant son personnel de nuit que de jour à participer aux exercices d'évacuation, ce dont il avait toujours exonéré son surveillant de nuit, Bruno Bélanger, qui était de service lors de l'incendie mortel. «Les événements font grandir et évoluer, laisse-t-il tomber. Donc, on va s'ajuster.»

Roch Bernier... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Roch Bernier

Photothèque Le Soleil

Le même surveillant de nuit?

Bien qu'il ne soit pas encore rendu à l'engagement des employés, Roch Bernier affirme qu'il n'hésiterait pas un instant à réembaucher Bruno Bélanger, celui qui était le surveillant de nuit de la Résidence du Havre lors de la tragédie. Pourtant, celui-ci avait été sévèrement critiqué par le coroner Delâge parce qu'il avait démontré un manque de formation et n'avait offert aucune assistance aux personnes en détresse. De plus, il avait livré un témoignage truffé de contradictions lors de l'enquête publique, à un point tel que le coroner avait sérieusement mis en doute la crédibilité de son témoignage. L'employé de nuit s'était buté à dire qu'il avait suivi le protocole, qui était d'aller avertir la copropriétaire de la Résidence, Irène Plante, avec qui il entretenait une liaison amoureuse. Mme Plante n'avait pas non plus participé à l'évacuation des résidents. Quoi qu'il en soit, Roch Bernier affirme qu'Irène Plante revient comme copropriétaire de la nouvelle résidence avec lui ainsi qu'avec Lucie Dupuis et Alain Ouellet. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer