Vigile pour les femmes autochtones: «on veut une enquête nationale»

La vigile a débuté avec un chant et... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La vigile a débuté avec un chant et les gens présents ont formé un cercle autour d'un arbre.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une centaine de personnes se sont réunies dimanche à place D'Youville, comme c'était aussi le cas dans plusieurs autres municipalités de la province, pour honorer la mémoire des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées au cours des dernières années.

La vigile a débuté avec un chant et les participants ont formé un cercle autour d'un arbre. L'une des organisatrices a alors pris la parole pour raconter la tragique histoire qu'une famille de Pikogan vit présentement.

Sindy Ruperthouse habitait Val-d'Or. La femme, qui aurait 45 ans aujourd'hui, avait chaque année comme habitude de souligner comme il se doit l'anniversaire de mariage de ses parents, Johnny Wylde et Émilie Ruperthouse. Aussi, elle n'oubliait jamais la date d'anniversaire de sa mère.

En 2014, pas de nouvelles de sa part. Aucun téléphone, aucun message. Inquiets, ses parents décident de prendre la voiture pour aller lui rendre visite. Sur place, pas de réponse, ils se retournent alors vers le réseau d'amis de leur fille, mais personne n'est au courant. Personne n'a vu la dame de 1 m 63 et 59 kilos, aux yeux bruns et aux cheveux noirs.

Les parents commencent alors à croire que leurs inquiétudes étaient bien fondées et décident de contacter au mois de septembre les policiers. La dernière fois que Sindy Ruperthouse a été vue : le 23 avril 2014.

Les policiers ouvrent alors une enquête et un enquêteur autochtone, basé à Pikogan, est mis à contribution. Toutefois, il était trop proche de la famille, alors l'enquête lui a été retirée, raconte toujours la porte-parole aux participants.

Le dossier aboutit alors sur le bureau d'un enquêteur à Val-d'Or. Aujourd'hui, l'enquêteur responsable du dossier est à Montréal et les contacts se font par téléphone.

Sans nouvelles depuis plus de 17 mois, Johnny Wylde et Émilie Ruperthouse gardent tout de même espoir de revoir leur fille. Ils mènent leur propre enquête et font tout ce qu'ils peuvent pour la faire avancer. Actuellement, ils cherchent leur fille dans le territoire des Anishnabés, entre Val-d'Or et Malartic, conclut la dame.

L'histoire de Sindy Ruperthouse est un cas de disparition parmi plusieurs centaines qui ont eu lieu au cours des trente dernières années. Selon des données de la Gendarmerie royale du Canada, environ 1200 femmes autochtones ont été assassinées ou sont disparues depuis 1980.

Plus récemment, au mois de septembre, Cindy Trapper Hamel-Robert a été retrouvée morte sur le bord d'une route, près d'Amos, en Abitibi.

Enquête nationale

«On veut avoir une enquête nationale sur les femmes autochtones afin de savoir pourquoi tant d'entre elles sont disparues ou assassinées à travers le Canada. On veut que ça s'arrête», affirme Donna Larivière, qui aurait aimé qu'on débatte encore plus du sujet durant la campagne électorale fédérale.

«Harper a rejeté cette demande, et a dit que cela avait été étudié à mort», s'insurge celle qui siège sur le conseil d'administration de Missinak, une maison d'hébergement pour les femmes autochtones en difficulté et leurs familles. «Nous, on veut cette enquête et aussi un plan d'action qui viendrait de cette enquête. On voudrait avoir de l'argent pour des services pour venir aider nos femmes à sortir de la pauvreté, de la violence. Je pense que le gouvernement a une responsabilité. Il nous a plantés dans les réserves, on devrait avoir de l'aide», ajoute-t-elle, rappelant que plusieurs femmes, lorsqu'elles sortent de la réserve, tombent «dans la prostitution».

La maison Missinak héberge actuellement une quinzaine de femmes.

Partager

À lire aussi

  • La vie après la réserve

    Société

    La vie après la réserve

    Pour une femme autochtone, quitter une réserve peut s'avérer un gros défi. Toutefois, la vie après n'est pas toujours de tout repos. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer