Une sécurité digne d'un président pour le pape à Philadelphie

La pape François bénit le pain avant la... (Associated Press)

Agrandir

La pape François bénit le pain avant la communion durant la messe à Philadelphie.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>David Rémillard</p>
David Rémillard

Et Jean-François Néron

Le Soleil

(Québec) Il fallait arriver tôt pour se tailler une place parmi les centaines de milliers de fidèles réunis au Benjamin Franklin Parkway de Philadelphie, dimanche, afin d'assister à la messe dirigée par le pape François. L'événement, dernière étape d'un long voyage du souverain pontife aux États-Unis, s'est déroulé sous une sécurité digne d'un rassemblement présidentiel.

Amélie Martineau-Lavallée était de la délégation de Québec présente à Philadelphie pour participer cette semaine à la Rencontre mondiale des familles, grand congrès catholique qui culminait dimanche avec une homélie prononcée par le pape.

Celle qui est responsable du secteur mariage et famille au Diocèse de Québec a, à seulement 36 ans, participé à huit événements du genre et vu défiler trois papes. La grande messe de dimanche était, selon elle, de loin la plus encadrée du point de vue de la sécurité.

«C'était vraiment un haut niveau de sécurité que je n'avais jamais vu nulle part», a-t-elle raconté au Soleil en entrevue téléphonique depuis Philadelphie, quelques heures après la messe.

Presque tous les corps de sécurité fédéraux américains étaient sollicités. «Les Borders [douanes] étaient là. Des gens de la sécurité intérieure. On voyait parfois des tireurs d'élite sur les toits.»

Des activités dès le début de la journée

Si la messe était prévue pour 16h, le brouhaha a commencé dès le début de la journée. Des dizaines et des dizaines de milliers de personnes, dont plusieurs des 400 représentants de Québec, se sont rendus tôt en matinée près du célèbre parc Benjamin Franklin - mis en vedette dans la série de films Rocky - dans l'espoir de se rendre sur le site, entièrement clôturé.

Amélie Martineau-Lavallée a emprunté la 19e Rue, à environ un demi-kilomètre du site, et s'est retrouvée en file à 10h. Après avoir traversé un détecteur de métal et quelques grillages métalliques, la résidente de Québec est finalement arrivée sur place vers midi.

Tous n'ont pas eu la même chance, tant l'affluence était imposante. «Certains m'ont dit qu'ils avaient attendu quatre heures avant d'entrer. [...] Là, je vais souper avec une dame qui n'a pas été capable de rentrer et qui est retournée à son hôtel pour voir la cérémonie en direct à la télé.»

Séparés par des enclos, les milliers de fidèles étaient cordés sur près d'un kilomètre, jusqu'à la cathédrale basilique Saints Peter and Paul. Même à des centaines de mètres, tous ont pu entendre le pape François prononcer son homélie en espagnol. Des écrans diffusaient des images et affichaient des sous-titres en anglais uniquement.

La Québécoise a remarqué une présence importante de la communauté sud-américaine à Philadalphie. Les origines argentines de Jorge Mario Bergoglio, né à Buenos Aires et devenu en 2013 le premier pape provenant des Amériques, y sont probablement pour quelque chose.

François a quitté Philadelphie à bord d'un avion en fin de journée.

Une messe présidée par le représentant du Saint-Siège à la basilique

Plus d'un millier de personnes ont participé, dimanche matin, à une messe au sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré, pour souligner la visite du pape François aux États-Unis.

Ce grand rassemblement se déroulait sous le signe de la famille, thème au coeur de la rencontre mondiale des familles qui avait lieu à Philadelphie en marge de la visite du Saint-Père, et à laquelle participe une importante délégation québécoise. La messe à la basilique était présidée par le représentant du Saint-Siège au Canada, le nonce apostolique, Mgr Luigi Bonazzi. «Le but de la célébration était d'être en communion avec la rencontre à Philadelphie», explique Paule Doré, l'une des organisatrices.

Gérald Cyprien Lacroix sur écran

Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, membre de la délégation qui s'est rendue à Philadelphie, a livré sur écran géant un message aux fidèles massés à la basilique. Il a réitéré l'importance de donner aux familles les moyens de s'épanouir.

«Je retiens aussi de son message que ce que nous vivons au Québec - le désengagement envers l'Église - est vécu par les catholiques de partout au monde», ajoute Mme Doré, active au sein des Brebis de Jésus, une organisation de fidèles qui offre un cheminement spirituel aux enfants. La jeune adulte de 22 ans fait partie de ce mouvement depuis l'âge de six ans.

Le diocèse de Québec a soutenu les Brebis de Jésus dans l'organisation de la fin de semaine d'activités qui se déroulaient à Sainte-Anne-de-Beaupré. Son représentant, Jasmin Lemieux-Lefebvre, se réjouit de ce genre d'initiative, fortement encouragé par le souverain pontife, rappelle-t-il.

«Hier [samedi], le pape François parlait de l'importance du laïcat pour rendre l'Église plus vivante. On est fier de pouvoir les soutenir. De voir qu'il y a une relève, ça inspire», conclut M. Lemieux-Lefebvre. Jean-François Néron

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer