Le repos éternel enfin possible à Fermont!

Le nouveau colombarium de Fermont est pratiquement prêt... (Photo fournie par Cindy Vignola)

Agrandir

Le nouveau colombarium de Fermont est pratiquement prêt à recevoir ses premières urnes funéraires.

Photo fournie par Cindy Vignola

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Fermont) À compter du 10 octobre prochain, il sera possible de passer l'éternité, ou du moins une partie, à Fermont, chose qui ne pouvait se faire auparavant. Ne comptant sur aucun cimetière depuis son ouverture en 1974, Fermont aura désormais son colombarium, afin que les défunts puissent reposer en paix dans cette ville nordique.

Ce projet a germé il y a quelques années lorsqu'un citoyen de Fermont a demandé, dans ses dernières volontés, d'être enterré là où il avait vécu. Cindy Vignola, l'instigatrice du projet, a décidé de reprendre le flambeau afin que les dernières volontés de l'homme soient respectées. Elles le seront finalement dans deux semaines.

«C'était mon cheval de bataille quand j'ai été élue [conseillère municipale] en 2013. Je comprenais très bien qu'on veuille être enterré à Fermont. Moi-même, je suis née à Labrador City [ville voisine, de l'autre côté de la frontière avec le Labrador] parce qu'il n'y avait pas de médecin pour faire des accouchements à Fermont à l'époque, et j'ai fait savoir il y a longtemps qu'il n'était pas question que je sois enterrée à Labrador City», a ajouté Mme Vignola.

Implication du milieu

Le nouveau monument, qui pourra accueillir 64 urnes funéraires, a été défrayé en grande partie par le fonds de projets communautaires d'ArcelorMittal, principal employeur de la localité. Cindy Vignola tient aussi à souligner l'implication de l'ensemble du milieu fermontois dans ce projet.

Si Fermont n'a pas choisi l'option du cimetière pour enterrer ses défunts, c'est qu'elle ne voulait pas répéter l'erreur de Gagnon, autre ville minière, qui a été fermée et rasée au milieu des années 80. Les vivants sont tous partis mais les morts, eux, ont dû rester sur place. «La situation de Gagnon, je trouve ça très triste pour les familles qui ne peuvent plus rendre visite à leurs défunts», a confié la conseillère municipale.

Lors de l'inauguration du 10 octobre, deux urnes seront placées dans le nouveau colombarium. Devant la réaction des citoyens, Cindy Vignola estime que le projet fera boule de neige et qu'en conséquence, les places restantes seront comblées assez rapidement au fil des ans. Et si Fermont, à l'image de Gagnon, en vient à fermer un jour, les familles pourront aisément apporter avec elles les cendres de leurs proches.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer