La Ville de Québec prête à accueillir jusqu'à 800 réfugiés syriens

Des migrants et des réfugiés marchent en direction... (PHOTO AFP/STRINGER)

Agrandir

Des migrants et des réfugiés marchent en direction de la frontière hongroise, à proximité de la localité croate de Botovo, le 21 septembre.

PHOTO AFP/STRINGER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec est prête à accueillir entre 500 et 800 réfugiés syriens au cours de la prochaine année. Une opération «extrêmement complexe» pour laquelle il n'y a «aucune place à l'improvisation», a dit le maire Régis Labeaume.

La Ville de Québec souhaite recevoir en priorité... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

La Ville de Québec souhaite recevoir en priorité de 125 à 200 familles pour «sortir les enfants des affres de la guerre», a dit Régis Labeaume en conférence de presse, accompagné de l'élue responsable des communautés culturelles, Chantal Gilbert, de Marie-Claude Gilles, présidente du Centre multiethnique de Québec, et de Claude Foster, directeur général de l'Office d'habitation de Québec.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Santé, sécurité, francisation, éducation, logement : accueillir deux fois plus de réfugiés que la capitale n'en reçoit généralement en un an sera un défi. Au point où une quarantaine d'organismes sont impliqués pour prévoir tous les domaines touchés par une telle arrivée.

La Ville souhaite recevoir en priorité de 125 à 200 familles pour «sortir les enfants des affres de la guerre», a dit M. Labeaume en conférence de presse, accompagné de l'élue responsable des communautés culturelles, Chantal Gilbert, de Marie-Claude Gilles, présidente du Centre multiethnique de Québec, et de Claude Foster, directeur général de l'Office d'habitation de Québec.

«Nous, on est prêts, sauf que les gouvernements doivent répondre à nos questions, a indiqué M. Labeaume. On veut savoir où les gouvernements s'en vont», a-t-il ajouté en évaluant les coûts de l'opération à 3,8 millions $ de fonds provinciaux et fédéraux pour 500 réfugiés et à 5,2 millions $ pour 800. Le «coût net» pour la Ville se situe «entre 180 000 $ et 260 000 $» pour une année, une somme qui pourrait être couverte par les programmes gouvernementaux. 

Famille et sécurité

La Ville de Québec a décidé de donner priorité à l'accueil de familles plutôt que de célibataires. «Les familles sont les plus vulnérables. Notre souhait est de sauver les enfants», a dit M. Labeaume.

Le maire ne cache pas que des familles peuvent réduire les risques de trouver «des gens mal intentionnés», comme des djihadistes parmi les réfugiés. «Il ne faut aucun compromis sur la sécurité», a-t-il martelé, estimant toutefois qu'il revient au gouvernement fédéral d'avoir «la délicate tâche de sélectionner les réfugiés».

Pas de dons pour l'instant

La Ville de Québec demande à la population de ne pas envoyer de dons destinés aux réfugiés pour l'instant. «Attendez-nous. On va savoir éventuellement combien de réfugiés, à quel rythme et à partir de ce moment, on fera des appels au public», a dit M. Labeaume. 

Il a tout de même invité la population à «mettre de côté» des vêtements d'hiver, des meubles et demandé à des propriétaires immobiliers d'identifier des logements à loyers abordables.

Hamad félicite Labeaume

D'origine syrienne, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, a eu plus tôt en journée de bons mots pour la position de Québec dans ce dossier. «Je vais le féliciter pour son initiative, et surtout le féliciter pour sa générosité et son grand coeur», a-t-il dit.

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry, a pour sa part dit apprécier l'idée de favoriser les familles. M. Shoiry a aussi indiqué lundi que son grand-père était d'origine syrienne et qu'il avait fui sa région à la frontière du Liban et de la Syrie au début du XXe siècle.

Un coordination jamais vue

La Ville de Québec atteint un degré de préparation inégalé en prévision de l'accueil de réfugiés syriens, se réjouit Marie-Claude Gilles, présidente du Centre multiethnique.

«C'est la première fois que nous voyons naître une coordination avant l'arrivée des réfugiés en 60 ans d'histoire. Nous nous en félicitons et nous sommes bien contents d'assister à ça», a-t-elle dit lors d'une conférence de presse visant à faire le point sur l'arrivée possible de 125 à 200 familles ayant fui la guerre en Syrie. «Cette concertation est indispensable.»

Mme Gilles a brièvement décrit lundi le parcours tortueux qui attend ces familles en quête d'une vie meilleure, voire de survie tout court.

Dès leur arrivée par autobus de Montréal, ils seront pris en charge et hébergés pendant environ cinq jours dans l'une des 19 chambres d'urgence du Centre multiethnique le temps d'une évaluation psychosociale. «Les besoins les plus courants sont ceux de la sécurité. Ces personnes ont eu tellement peur que trouver la tranquillité est un des premiers besoins», a-t-elle expliqué.

Après quoi viennent la volonté de réunification familiale et l'installation dans un appartement, puis les inscriptions aux différents régimes publics. «Le défi est de taille mais c'est en mettant toutes nos énergies en commun que nous y arriverons», a conclu la présidente du Centre multiethnique.

Le directeur général de l'Office municipal d'habitation de Québec, Claude Foster, a aussi salué la concertation qui permet de voir venir. 

Pas de ghetto

«Il y a quelques années, on s'est ramassés un 1er juillet avec 200 réfugiés qui arrivaient en pleine crise du logement. On avait oublié que le 1er juillet ici, c'est le festival du camion. Ç'a été assez problématique sur plusieurs aspects», a-t-il relaté. M. Foster a aussi souligné que des logements seront disponibles partout sur le territoire et non en un seul endroit afin de ne pas créer de «ghettos». 

Des propos à «faire vomir»

L'intervention d'une citoyenne qui dit craindre l'arrivée de réfugiés syriens a fait bondir le maire Régis Labeaume un conseil de lundi soir. «Je ne suis pas raciste du tout, mais si ces gens là arrivent et demandent d'avoir une mosquée, d'avoir de la viande casher qu'est-ce que vous allez faire?» a demandé la femme lors de la période de questions des citoyens. Des propos inacceptables, a lancé le maire de Québec. «Ils sont des dizaines de milliers à la frontière de la Hongrie qui ce soir, vont essayer de dormir avec un enfant dans les bras. Ils ont peur, ils ont faim, ils veulent avoir la paix. Alors, je vous en pris, n'utilisez pas ce genre de discours, ça me fait vomir», a-t-il déclaré. «Ce qu'il ne faut pas faire c'est d'être racistes, d'attiser la peur et d'être démagogues», a ajouté M. Labeaume en calculant que même si le maximum de réfugiés, soit 800, était atteint, il ne constituerait pas plus que l'équivalent de l'arrivée de «deux familles additionnelles par semaine» à Québec.  

Belle idée de Norplex, mais...

Le maire Régis Labeaume salue l'initiative du président de Norplex, Yves Doyon. Mais il estime du même souffle que loger quelque 200 réfugiés dans l'ancien couvent des Soeurs de Saint-François-d'Assise à Charlesbourg n'est pas la meilleure solution. «Je ne veux pas déprécier ce que M. Doyon a fait, mais ce ne sont pas des appartements. Des lieux, on n'en manque pas», a commenté M. Labeaume en marge d'une conférence de presse sur l'accueil imminent de réfugiés syriens à Québec. La semaine dernière, le président de Norplex, Yves Doyon, a proposé comme «lieu de transition» ce bâtiment 200 000 pieds carrés qui comprend une cuisine, un théâtre et plusieurs chambres et salles de bains.  

Labeaume a «un Tanguy et une ado»

Le maire Régis Labeaume pourrait-il parrainer une famille de réfugiés syriens? «J'ai déjà un Tanguy et une ado à la maison et j'ai besoin de mon temps pour coordonner tout ça avec mes collègues. Je voudrais aider, mais j'en ai assez», a-t-il répondu. Un Tanguy est un enfant adulte qui tarde à quitter le nid familial. Le maire de Québec dit ne pas avoir demandé si des membres du conseil municipal souhaiteraient parrainer l'une des 125 à 200 familles que la capitale recevra vraisemblablement au cours de la prochaine année.  

Avec Patricia Cloutier

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer