Bas-Saint-Laurent: découverte d'une épave vieille de 169 ans

La proue du côté bâbord de l'épave du... (PHOTO FOURNIE PAR SAMUEL CÔTÉ)

Agrandir

La proue du côté bâbord de l'épave du Scotsman. On voit les chiffres romains sur l'étrave servant à indiquer le tirant d'eau.

PHOTO FOURNIE PAR SAMUEL CÔTÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) Le chasseur d'épaves Samuel Côté a réussi à identifier le Scotsman, qui gît dans les profondeurs du Saint-Laurent depuis 169 ans. Le navire écossais avait sombré à la hauteur du secteur du Bic à Rimouski. Il s'agit de la plus vieille épave jusqu'à maintenant identifiée au Bas-Saint-Laurent.

Au terme de recherches ardues et de corrélations,... (COLLABORATION SPÉCIALE JOHANNE FOURNIER) - image 1.0

Agrandir

Au terme de recherches ardues et de corrélations, Samuel Côté a découvert l'épave du Scotsman, vieille de 169 ans.

COLLABORATION SPÉCIALE JOHANNE FOURNIER

«Depuis 2010 que je m'intéresse à cette épave-là, se réjouit le jeune homme. Elle avait été découverte fortuitement par le Service hydrographique du Canada en 2002. Mais c'était pas leur job de l'identifier.» Ce printemps, au terme d'une longue enquête notamment composée de plusieurs recoupements de données, l'étau s'est resserré autour du Scotsman. Cet été, les plongeurs ont validé l'hypothèse du chercheur.

De ses cinq découvertes d'épaves réalisées au cours des neuf dernières années, Samuel Côté avoue que cette dernière a été celle qui lui a donné le plus de fil à retordre, surtout parce qu'elle a fait l'objet de pillage depuis le début des années 2000. 

Heureusement, son équipe de plongeurs a eu accès à la cale du bateau qui contenait des caisses de bois, des barils et des bouteilles qui ont servi à valider les informations. «J'ai donc pu retracer des photos et des objets prélevés sur l'épave, se console M. Côté. Ça m'a grandement aidé dans mon processus d'identification.» La pièce maîtresse a été une cruche qui provenait d'une compagnie de Leith, en Écosse. Or, le port d'attache du Scotsman était justement situé dans cette ville. Après plusieurs communications avec des gens de l'endroit, Samuel Côté a ainsi pu valider l'identité de l'épave.

«Cette identification est majeure, compte tenu de la grande valeur historique et archéologique de l'épave, estime-t-il. De nombreux facteurs expliquent l'état de conservation exceptionnel de cette épave : sa profondeur, son ensablement partiel et son état vierge lors de sa découverte en 2002. Nous devons maintenant travailler collectivement à préserver ce site archéologique. Dommage qu'il ait été pillé. Comme il y a eu des victimes, il faudrait qu'il soit considéré comme un lieu de sépulture.»

À la télé cet hiver

Il sera possible de voir des images de l'épave du Scotsman lors de la deuxième saison de l'émission Chasseurs d'épaves qui sera diffusée, cet hiver, au canal Historia. L'émission est en nomination dans deux catégories pour les prix Gémeaux.

Construit en 1834 en Écosse, le brick Scotsman s'allongeait sur 83 pieds. «C'était un bon bateau, avec une coque plaquée en cuivre, décrit le chasseur d'épaves. Il avait été fait pour traverser l'Atlantique. Donc, c'était un bateau solide.»

Le 20 novembre 1846, le grand bateau à voile à deux mâts largue les amarres au port de Montréal et met le cap vers Liverpool en Angleterre. Ballotté par la tempête, le bateau commandé par le capitaine James Jameson heurte des rochers situés près de l'île du Bic, puis dérive avant de sombrer définitivement. Un seul des neuf membres de l'équipage survit. Il réussit à gagner l'île Saint-Barnabé où, le lendemain, il est rescapé par des habitants de Rimouski. Au cours de ses 12 ans de navigation, le Scotsman avait accosté dans plusieurs ports, dont ceux de New York, Rio de Janeiro, Glasgow et Liverpool.

Dans deux semaines, Samuel Côté dévoilera une autre épave qu'il a découverte dans La Mitis. Il songe aussi retourner visiter l'épave du Lina-Gagné qu'il avait découverte il y a deux ans. «On a entendu dire qu'elle avait été pillée l'été passé, précise-t-il. On va aller valider ça.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer