Trans: composer avec la réalité

La transition de la vedette hollywoodienne Caitlyn Jenner s'est vécue dans... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La transition de la vedette hollywoodienne Caitlyn Jenner s'est vécue dans l'oeil des médias au début de l'été. De manière plus discrète, nombreux sont ceux qui suivent un parcours similaire. Aujourd'hui, une mère qui a vécu la transition de sa fille raconte.

Avec la transition vient le coming out. Après le choc initial, l'entourage d'une personne trans doit apprendre à composer avec cette nouvelle réalité. Le Soleil a rencontré Anne (nom fictif), qui a vécu la transition de sa fille.

«Qu'est-ce que vous penseriez si je changeais de sexe?» Quand son fils lui a posé la question, Anne lui a répondu tout naturellement qu'elle l'accepterait, qu'il est son enfant et qu'elle l'aimerait toujours. Une réponse assumée pour un scénario qu'elle croyait hypothétique. Mais quand elle a entendu la joie dans la voix de son fils au téléphone, elle a compris que la situation était bien réelle.

La nouvelle lui a fait l'effet d'une vague. «Mon conjoint et moi, on essayait d'arrêter de fumer. Après la conversation, j'ai arraché ma patch et j'ai ouvert une bouteille de vin.»

C'était il y a un an.

Depuis, Anne doit faire le deuil de son fils. En même temps, dit-elle, elle a gagné une fille beaucoup plus épanouie qu'avant.

L'acceptation est un long processus. «Il y a des jours où ça va mieux que d'autres [...] Je suis en train de m'habituer à avoir une fille.» Pendant notre conversation, elle utilise à plusieurs reprises le «il» en parlant de son enfant. «J'essaie de m'habituer, ça ne me vient pas naturellement encore», admet-elle.

Elle perçoit la transition comme une deuxième adolescence. «J'ai dû lui expliquer, par exemple, qu'un gilet bedaine, ça ne va pas à tout le monde», rigole-t-elle.

La prise d'hormones a été une épreuve en soi. «Au début [elle] a eu des hormones qui ne lui allait pas. [Elle] a fait une dépression. On s'est demandé si [elle] avait fait le bon choix, [elle] était [malheureuse]. Mais c'était seulement le type d'hormones.»

Un endocrinologue lui a prescrit les traitements, mais celui-ci n'est à Québec que depuis récemment, «les [autres] endocrinologues ne veulent pas prescrire aux trans». Sans suivi médical, certains se tournent vers le marché noir pour y acheter des traitements, ajoute-t-elle.

Les hormones ne font pas tout, sa fille a dû subir de nombreux traitements laser pour enlever les poils de sa barbe, de son torse et de ses membres. Une étape qui coûte des «milliers» de dollars et qui est très douloureuse. «La première fois, [elle] pleurait», se rappelle Anne.

Quand on lui parle de Caitlyn Jenner, elle trouve que l'affaire médiatique pourrait donner des attentes irréalistes. «Je ne suis pas sûre qu'elles soient toutes glamour comme cela.»

Quelques fois par mois, Anne et son conjoint se joignent au groupe de soutien pour les familles à l'Aide aux trans du Québec. Si les rencontres l'aident à mieux accepter la transition de sa fille, elles l'ont également éveillée à cette réalité. «Ce que je peux vous dire, c'est que ce sont des gens courageux [...] pour affronter le regard des gens.»

Quand elle se promène avec sa fille dans les rues, elle remarque les regards inquisiteurs, les chuchotements et la curiosité malsaine. «Les gens posent beaucoup de questions sur le sexe : quand est-ce [qu'elle] se fait opérer? Est-[elle] aux gars?» explique-t-elle. «Ce n'est pas pour demander comment [elle] va.»

Aujourd'hui, elle craint que son enfant ne soit pas accepté. «J'espère [qu'elle] va être bien... et qu'éventuellement [elle] se trouve une compagne ou un compagnon.»

Des stéréotypes à la compréhension

Spécialisée en minorités sexuelles, la psychologue clinicienne Françoise Susset oeuvre notamment auprès des personnes trans et de leur entourage. Elle a accepté de répondre aux questions du Soleil.

Q Pourquoi certaines personnes ressentent-elles le besoin d'entreprendre une transition?

R Pour la plupart d'entre nous, notre identité de genre est en concordance parfaite, ou presque parfaite, avec notre identité sociale. Quand les deux concepts ne collent pas, ça peut créer une certaine souffrance.

Q Est-ce que les stéréotypes jouent un rôle dans cette souffrance?

R Ça va jouer un rôle chez beaucoup d'enfants, qu'ils soient transgenres ou non. On vit dans une époque où les stéréotypes sont extrêmement étroits et où les enfants ressentent une pression énorme à se conformer à des normes qui sont, la plupart du temps, arbitraires.

Cela fait du tort à beaucoup d'enfants qui souhaiteraient exprimer des intérêts beaucoup plus larges que ce qu'on leur permet. Chez les enfants transgenres, ces stéréotypes-là sont encore plus emprisonnants. La non-conformité est punie, il y a beaucoup de violence envers ceux qui n'y répondent pas.

Il y a beaucoup d'enfants à qui on donne la permission, à la maison, de s'habiller et de jouer comme ils veulent, mais, une fois à l'école, on range tout ça, pour le protéger. L'école est perçue comme étant très dangereuse, pour ceux qui ne se conforment pas.

Q Lorsqu'une personne vient vous consulter pour commencer une transition, comment savez-vous que vous pouvez lui donner votre OK?

R J'évalue le niveau de souffrance et les besoins de la personne.

Q Si les stéréotypes n'étaient pas aussi forts, est-ce que le besoin de transition serait aussi présent?

R Je n'ai aucune idée de la réponse. Je pense qu'on en ferait moins un cas, ça serait beaucoup plus normalisé.

Q Que pensez-vous de la transition de Caitlyn Jenner?

R La critique que j'ai lue, c'est qu'elle adopte une apparence stéréotypée. Mais, en fait, quand on voit toutes les couvertures de Vanity Fair, il n'y a jamais de critiques comme quoi les autres femmes présentent elles aussi une féminité stéréotypée.

L'envers de la médaille, c'est que si sa féminité n'était pas convaincante, c'est ça qui serait attaqué. Alors, la femme trans ne peut pas gagner.

Q Comment venir en aide aux proches d'une personne en transition?

R Chez les enfants trans, le soutien parental joue un rôle important. Souvent, les parents ont peur... de plusieurs choses : est-ce que mon enfant sera toujours marginalisé? Est-ce qu'il va pouvoir trouver un emploi? Est-ce qu'il va trouver l'amour? On les rassure sur ces trois points-là et aussi sur le fait qu'ils n'ont rien fait de mal.

Les parents qui font une transition sont surtout confrontés à des préjugés par rapport à l'impact sur les enfants. Mais, on a des études très solides qui indiquent que, comme pour les parents homosexuels, il n'y a aucune raison de s'inquiéter pour le développement de l'enfant. Alors, tout le monde doit se calmer!

La transition d'un parent, surtout pour de très jeunes enfants, ne pose pas de problème. La crainte de l'enfant, c'est de perdre son parent.

Q Comment un couple peut-il rester ensemble pendant la transition de l'un des conjoints?

R Il faut d'abord y croire. La réalité, c'est qu'il y a peu de couples qui survivent à la transition en ce moment. Mais, ce qui me surprend chaque fois, c'est que ça a très peu à voir avec ce qui se passe à l'intérieur du couple et plus avec ce que les autres vont penser. C'est souvent quand la personne trans veut s'afficher en public que les conflits surviennent.

J'ai vu des couples passer au travers, et ça fait de belles histoires d'amour.

Partager

À lire aussi

  • Trans: du malaise à la délivrance

    Société

    Trans: du malaise à la délivrance

    La transition de la vedette hollywoodienne Caitlyn Jenner s'est vécue dans l'oeil des médias au début de l'été. De manière plus discrète, nombreux... »

  • Québec facilitera le changement de sexe

    Société

    Québec facilitera le changement de sexe

    Québec allège la procédure pour qu'une personne transsexuelle ou transgenre qui souhaite changer son nom et son identité sexuelle auprès du Directeur... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer