Crise des migrants: une marche pour réclamer «plus d'accueil et moins de cercueils»

Escortée par des policiers, la manifestation a débuté... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Escortée par des policiers, la manifestation a débuté vers 13h30 devant l'Assemblée nationale pour se diriger vers la rue Saint-Louis et se terminer rue Saint-Jean.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une cinquantaine de personnes ont marché samedi dans les rues du Vieux-Québec pour demander au gouvernement canadien d'accueillir davantage de réfugiés.

Escortée par des policiers, la manifestation a débuté vers 13h30 devant l'Assemblée nationale pour se diriger vers la rue Saint-Louis et se terminer rue Saint-Jean. Des actions similaires ont aussi eu lieu à travers Canada et d'autres pays du monde.

Ce mouvement planétaire fait suite à la mort du migrant syrien Alan Kurdi, trois ans, de son frère de cinq ans, Ghalib, ainsi que de leur mère, Rehan, en Turquie. Seul le père, Abdallah, a réussi à atteindre la rive en vie. La famille souhaitait immigrer au Canada. C'est la photo du plus jeune des deux garçons couché sur une plage qui a été l'un des éléments déclencheurs de cette vague mondiale de solidarité.

«Il faut crier haut et fort, on voit que nos politiciens ne sont pas si investis de cette mission», soutient au Soleil, Marie, l'une des participantes de la marche de samedi. «Il faut que la planète entière dise son mot. On doit avoir plus d'accueil et moins de cercueils. Avec une bonne coordination, on est capable d'accueillir les réfugiés. Si on dit oui au municipal, peut-être qu'éventuellement, on peut dire oui au provincial et oui au fédéral.»

La candidate du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans Québec, Annick Papillon, tenait aussi à participer à la marche. Selon elle, il est important que le gouvernement fédéral prenne ses responsabilités dans la crise des réfugiés syriens. Elle estime d'ailleurs que le gouvernement Harper «n'en fait pas assez».

«Nous avons vu plusieurs villes canadiennes, comme Québec et Montréal, dire : "Comment est-ce que je peux faire pour en faire plus?" Les gens veulent qu'on agisse alors il faut mettre toute la pression nécessaire pour que le gouvernement le fasse. Et s'il ne le fait pas maintenant, il faut voter en conséquence pour les élections fédérales, soutient-elle. Le NPD s'est engagé à accueillir 10000 réfugiés syriens maintenant et plus.»

Par ailleurs, Mme Papillon a tenu samedi à saluer l'initiative du maire de Québec, Régis Labeaume, qui a annoncé tout faire pour faciliter l'intégration et l'accueil des réfugiés syriens et irakiens dans la capitale. «Ça va nous permettre de mettre cet enjeu de l'avant tel qui doit l'être», affirme-t-elle. «Les images que nous avons vues, c'est une chose, mais il faut savoir que c'est un conflit qui dure depuis beaucoup d'années. Un conflit qui a coûté la vie à plusieurs personnes. On ne peut pas dire qu'on est insensible. Le Canada peut et doit faire plus.»

La ville s'organise

Lors d'une conférence de presse samedi avant-midi, M. Labeaume a confirmé avoir nommé Chantal Gilbert comme responsable politique et Chantale Giguère comme responsable administratif pour le dossier des réfugiés. À la Ville de Québec, Mme Gilbert est responsable des communautés culturelles et du développement social et Mme Giguère est directrice générale adjointe de la sécurité publique.

«Tout est en marche depuis hier [vendredi]. Nous avons déjà commencé la coordination», a déclaré M. Labeaume, quelques minutes avant son match de hockey-balle à côté de l'amphithéâtre. «On ne veut pas embarquer dans le débat politique. Ce que nous faisons plutôt, c'est s'organiser pour être prêt lorsque nous, nous le demanderons. Les gouvernements décideront ce qu'ils veulent. Quand ils seront prêts, nous allons être aussi prêts pour accueillir ces gens qui ont désespérément besoin d'aide. C'est déchirant de voir tout ça. Alors, au lieu de parler, nous, nous allons agir.»

Concernant la question de l'emploi, M. Labeaume assure qu'il y a assez de place sur le marché du travail «pour tout le monde». «Ce sont des gens qui, à mon sens, pourraient s'intégrer rapidement, car il y a de l'emploi à Québec», assure-t-il.

D'autres actions sont prévues au cours des prochains jours à travers le pays.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer