Baie-des-Chaleurs: bras demandés pour déterrer... un char d'assaut!

L'artiste Maryse Goudreau est assise sur sa découverte... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

L'artiste Maryse Goudreau est assise sur sa découverte : un char d'assaut qu'elle a trouvé il y a deux ans sur le terrain dont elle est copropriétaire, à Escuminac. Elle invite maintenant les Gaspésiens à venir l'aider à déterrer l'objet dans le contexte d'un projet artistique.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Escumiac) Les citoyens de la Gaspésie sont invités à participer à une corvée pour le moins originale, du 18 au 20 septembre: le déterrement d'un véhicule militaire à chenilles, un type de char d'assaut, enfoui à l'orée d'un boisé depuis quelques décennies à Escuminac, dans la Baie-des-Chaleurs.

Le véhicule a été trouvé il y a deux ans par la copropriétaire du terrain, Maryse Goudreau, photographe et artiste gaspésienne. Elle n'en a pas révélé la présence immédiatement, pensant qu'elle pouvait transformer cette découverte en projet artistique.

«J'ai déposé une demande de financement au Conseil des arts et des lettres du Québec, afin d'organiser un projet participatif. Le projet a été accepté il y a quelques jours et j'ai décidé d'en parler publiquement», dit Mme Goudreau.

«Le projet, c'est une rencontre dans laquelle on déterre et interprète notre histoire. Le but, c'est de faire l'histoire d'une autre façon. On ne fait pas une exposition de tank. On fait de l'écriture avec une caméra. On va demander aux gens d'exprimer leur version de ce qui est arrivé à ce tank», note-t-elle.

Maryse Goudreau a fait une recherche préliminaire en partant de la partie visible du véhicule retourné. «Je l'ai identifié, à partir de certaines pièces, de numéros de série. C'est un Universal Carrier, un véhicule avec chenilles. Un ami du voisin, vivant au Yukon, quelqu'un qui connaît bien ça, l'a regardé et le confirme. J'ai aussi fait une analyse d'images.»

En quelques jours, plusieurs versions de l'histoire du véhicule militaire sont parvenues aux oreilles de Maryse Goudreau. Il y a une constante dans plusieurs d'entre elles, mais il y a aussi pas mal d'élasticité, ce qu'elle espère trouver du 18 au 20 septembre, alors qu'elle tournera le dégagement du tank, et qu'elle interviewera les participants à la corvée.

«Ça commence à s'appeler le Festival du tank d'Escuminac, première et dernière édition», lance-t-elle en riant.

Pour transporter du bois

«Le greffier de la municipalité de Causapscal dit qu'il a été utilisé à Nouvelle pour transporter du bois, pour tirer des véhicules quand ils restaient pris. Il était trop fort. Ça démembrait les véhicules pris. Un barbier de Carleton confirme le scénario du transport du bois», rapporte Mme Goudreau, qui avoue à la base avoir peu d'intérêt pour le domaine militaire.

Ces histoires lui ont été rapportées indirectement la plupart du temps, ce qu'elle trouve merveilleux parce que c'est exactement l'effet qu'elle recherche en marge du documentaire qu'elle veut tourner.

«Ça va dans plusieurs directions. Ma nièce me dit qu'un hélicoptère le transportait et qu'il l'a échappé. Là, un autre monsieur de Saint-Omer me parle du transport du bois, pour la compagnie Lacroix. Il l'appelle le lance-flammes», ajoute-t-elle.

Fay McKinnon Edwards vit à deux kilomètres de la maison de Maryse Goudreau et elle se souvient que sur cette propriété, il y a plusieurs décennies, la famille MacKenzie exploitait une scierie. «Elle appartenait à Archie MacKenzie. Elle était située de l'autre côté du ruisseau, par rapport aux maisons. Je me souviens aussi qu'ils utilisaient ce véhicule militaire pour transporter le bois».

Maryse Goudreau mettra cette semaine la touche finale au «programme du festival. Nous recevrons des groupes scolaires le vendredi. Nous commencerons à déterrer et enlever les branches. Le deuxième jour, nous aurons un bulldozer pour le tirer de là où il est et nous ferons un méchoui. Le dimanche, nous nous poserons la question "qu'est-ce qu'on fait avec le tank?" Ce sera une décision collective. C'est de l'improvisation. On déterre, on décide et on le fait».

Escuminac est un village regroupant environ 600 personnes. Les deux municipalités voisines sont Pointe-à-la-Croix et Nouvelle. Carleton est située à 30 kilomètres à l'est. Le Parc fossilifère de Miguasha, un site faisant partie du patrimoine mondial de l'UNESCO, n'est qu'à quelques kilomètres de la propriété de Maryse Goudreau, mais dans les limites de Nouvelle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer