Un havre pour des enfants de la DPJ

Guy Boutin à l'arrière du Phare du Blanchon.... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Guy Boutin à l'arrière du Phare du Blanchon. Le terrain sur lequel a été construit le bâtiment a été cédé gratuitement, par bail emphytéotique, à la Fondation du Petit Blanchon par les Frères maristes.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les six garçons ont entre 9 et 12 ans. Ces enfants de la DPJ - comme on les appelle - logent depuis un mois dans une grande demeure toute neuve à Saint-Gabriel-de-Valcartier, gracieuseté de généreux donateurs, dont le promoteur immobilier de Québec Guy Boutin.

Auparavant, ils vivaient dans une résidence - un foyer de groupe - à Sainte-Foy sous la surveillance d'éducateurs du Centre jeunesse.

Inutile d'insister sur les graves traumatismes, les sévices qu'ont subis ces garçons décrocheurs du système scolaire. On peut imaginer le pire et on serait près de la réalité. 

«Les enfants avaient hâte d'emménager au Phare du Blanchon. Ils avaient suivi les travaux de construction. Ils n'ont su que la veille qu'ils déménageaient. Avant d'arriver sur place, les éducateurs leur avaient bandé les yeux. On leur a enlevé le bandeau une fois rendus dans la salle commune», a raconté au Soleil M. Boutin à l'occasion d'une visite du nouvel immeuble.

Tout excités, les enfants ont fait le tour de la demeure et se sont dirigés dans leur chambre respective à l'étage pour y placer leurs effets personnels. Ils y sont restés assez longtemps.

Par la suite, le moment le plus excitant a été de découvrir la salle de séjour au sous-sol. Wow! L'endroit avait été aménagé comme une chambre de hockey avec une grande illustration sur un mur d'un gardien de but, et à côté, on pouvait y jouer au hockey. Dans le sous-sol, on trouve aussi une salle de musique et un atelier pour y faire du bricolage.

Le Phare du Blanchon peut loger jusqu'à 15 enfants dans des chambres individuelles.  L'immeuble est divisé en deux sections indépendantes de sept et huit chambres. Il y a au total huit salles de bains et salles d'eau, des bureaux, deux cuisines, des salles de séjour, des salons en plus des salles de jeux, des salles de musique et des ateliers. En tout, l'immeuble compte près de 30 pièces.

À l'extérieur, les enfants ont accès au boisé tout près, à la rivière Jacques-Cartier, à la piscine et au terrain de soccer des Frères maristes. Le terrain sur lequel a été construit le Phare du Blanchon a été cédé gratuitement, par un bail emphytéotique, à la Fondation du Petit Blanchon par les Frères maristes.

«C'est vraiment une infrastructure de qualité. Garder des enfants en difficulté dans une petite maison en ville, ce n'est pas si simple que ça. Avec le Phare, dans un environnement comme ça et dans un milieu proche de la nature, c'est merveilleux. Je pense qu'il devrait y avoir des maisons comme ça partout au Québec», s'est réjoui l'ex-directeur du Centre jeunesse de Québec, Jacques Laforest, qui a pris sa retraite, il y a quelques mois.

«Le Phare remplace un de nos foyers de groupe pour des enfants très hypothéqués, qui ne sont pas capables de fonctionner dans une famille d'accueil. Souvent, ils ont été expulsés du milieu scolaire. Ce sont des enfants qui ont besoin d'un suivi constant. Le travail des éducateurs est de les ramener à l'école progressivement», a-t-il expliqué.

Le moment le plus excitant pour les jeunes... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Le moment le plus excitant pour les jeunes locataires du Phare a été la découverte de la salle de séjour au sous-sol, aménagée comme un vestiaire de hockey, et où on peut jouer au hockey.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Une des chambres à coucher de la maison,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.1

Agrandir

Une des chambres à coucher de la maison, située à Saint-Gabriel-de-Valcartier. Le Phare du Blanchon peut loger jusqu'à 15 enfants dans des chambres individuelles.  

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

«Je ne suis pas tout seul là-dedans»

«Je suis heureux du Phare. Je suis peut-être l'instigateur du projet, le capitaine, mais je ne suis pas tout seul là-dedans. C'est certain que tous nos donateurs sont contents. C'est pas gênant d'aller les revoir», a dit le patron de Trimco, Guy Boutin.

Le Phare du Blanchon est le deuxième projet réalisé par la Fondation Le Petit Blanchon. Le premier a été la maison Le Petit Blanchon pour les enfants abusés, abandonnés, de trois à huit ans. Elle est située dans un quartier résidentiel de Québec. Ces projets ont été financés sans aucune aide gouvernementale.

Au cours des quatre dernières années, la Fondation Le Petit Blanchon a amassé près de 1,8 million $ en dons auprès d'entreprises et de particuliers. Le nombre de donateurs se compte par milliers. Tout l'argent amassé a été utilisé pour les deux projets. Avec le concours du personnel de Trimco, il n'y a pas de frais administratifs à la Fondation.

Parmi les principaux donateurs, il y a la caisse Desjardins des Rivières de Québec, celle du Centre-Ville de Québec, la Banque Laurentienne, le père mariste Jean Martel et ses nombreux contacts, les Soeurs de la Charité chrétienne de Québec qui ont remis un chèque de 50 000 $ à la Fondation. À son décès, une dame a laissé 40 000 $ à la Fondation en legs testamentaire.

Les sommes recueillies jusqu'à maintenant n'ont pas été suffisantes pour payer toutes les factures du Phare du Blanchon. Il manque 500 000 $. Qu'à cela ne tienne, Guy Boutin et quatre autres membres du conseil d'administration de la Fondation se sont portés garants d'un emprunt de 500 000 $ pour payer les fournisseurs. Les cinq administrateurs comptent sur les prochaines activités de financement pour rembourser l'institution financière.

La construction du Phare a coûté près de 1,6 million $, soit 300 000 $ de plus que prévu. M. Boutin ne se formalise pas de ces coûts supplémentaires. «Il y avait des normes de construction plus exigeantes à respecter en raison du type de construction. C'est considéré quasiment comme un hôtel. Le Code du bâtiment ne s'applique pas de la même façon», a-t-il expliqué.

Il est possible de contribuer à la Fondation Le Petit Blanchon sur son site (www.fondationlepetit

blanchon.com). On peut aussi communiquer au 418 622-6644. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer