Dîner en blanc sur le bord du fleuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Dîner en blanc de Québec continue d'attirer les foules, même par temps gris. Et si la majorité des 2000 convives sont des locaux, le grand rassemblement compte aussi quelques touristes venus de loin pour y prendre part.

Pendant que le Festibière battait son plein à l'autre bout du Vieux-Port jeudi soir, du vin et des bulles coulaient à flots au quai 22, près de la traverse Québec-Lévis, à l'occasion du cinquième Dîner en blanc.

Les quelque 2000 personnes présentes, vêtues de leurs plus beaux atours immaculés, ont ainsi partagé un repas gastronomique sur le bord du fleuve, au son de l'eau, du vent et de la musique d'une harpiste s'exerçant à la sauce lounge.

=> Notre album photos

Comme le veut cette jeune tradition à Québec - mais née à Paris en 1988 -, le lieu de l'activité a été tenu secret jusqu'à la toute dernière minute. Les 43 autobus nolisés pour l'occasion ont mené les convives à bon port à 19h.

Voulant «être vus par les touristes», les organisateurs ont choisi le quai 22 cette année après avoir enclavé la fête au Domaine Cataraqui l'an dernier. Les curieux étaient d'ailleurs nombreux aux abords de la piste cyclable pour admirer le panorama qui leur était offert.

Au loin, des nuages menaçants filaient doucement vers l'est, laissant la fête se poursuivre en toute quiétude jusqu'à 23h. «Le grand stress, c'est toujours la pluie», a dit André Auger, organisateur du Dîner en blanc de Québec, soulagé par la clémence de dame Nature malgré un mercure plutôt frisquet.

Inscriptions refusées

Même avec le climat incertain,M. Auger et son équipe ont dû refuser certaines inscriptions, la soirée affichant complet. Bien qu'il y ait une forte demande, pas question d'aller au-delà des 2000 chaises, un sommet atteint en 2014. «Ça crée une belle rareté», a-t-il affirmé jeudi. «On ne veut plus dépasser ça. Ça fait une belle soirée conviviale.» À sa première année, le Dîner en blanc avait regroupé 800 gourmets.

Faisant partie du réseau des 60 villes à tenir un dîner en blanc à travers la planète, Québec attire de plus en plus les touristes de l'extérieur grâce à sa chic soirée. «Nous avons un couple du Maine, ça fait cinq ans de suite qu'ils viennent. [...] J'ai des gens d'Europe aussi qui sont là. L'an dernier, on avait des gens du Mexique», a fait savoir M. Auger.

Visiteurs de New York

Le Soleil a notamment rencontré un couple de New York qui a décidé de se joindre au Dîner en blanc à la dernière minute, profitant des dernières places disponibles.

Melvin Estrella et Pegi Vail ont manqué le Dîner en blanc de la Grosse Pomme, le 28 juillet, et en ont vu les images par la suite. «Nous avons trouvé ça fantastique», a raconté M. Estrella.

Le couple de Brooklyn - par ailleurs connu pour avoir produit le documentaire Gringo Trails - avait déjà prévu de passer dans la capitale pour des vacances et a sauté sur l'occasion d'assister à celui de la capitale. Leur expérience les a comblés.

«Ce que j'aime à propos de cet événement, c'est premièrement que tout le monde parle français. Mais je me sens confortable. Je ne me sens pas comme un étranger. Les gens ont vraiment été gentils avec nous.»

Un commentaire qui n'est pas peu dire, le couple ayant voyagé partout à travers le monde - Pegi Vail est anthropologue et directrice associée du Centre pour la culture, des médias et d'histoire de l'Université de New York - pour accoucher de leur premier long métrage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer