Le chardon et le tartan prend vie aux Fêtes de la Nouvelle-France

Amateurs de la populaire série historique Le chardon... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Amateurs de la populaire série historique Le chardon et le tartan, Audrey Landry, Gillebride MacMillan, Àdhamh Ó Broin et Elias Alexander se sont réunis aux Fêtes de la Nouvelle-France pour partager leur passion.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après huit tomes - bientôt neuf - de la populaire série Le chardon et le tartan, des amateurs de partout à travers le monde amènent l'expérience littéraire à un autre niveau en se réunissant pour échanger sur leur passion. Cette année, 180 d'entre eux s'amènent à Québec pour donner vie au récit historique et en profitent pour découvrir une ville «unique en son genre».

«Je voulais qu'on se réunisse à Québec», raconte Audrey Landry, une Montréalaise passionnée par l'histoire de l'infirmière anglaise Claire Beauchamp-Randall. «Quand j'ai vu qu'il y avait les Fêtes de la Nouvelle-France, je me suis dit : "C'est parfait!"»

Les initiés de la série feront remarquer que l'intrigue se situe principalement en Écosse, en temps de guerre avec l'Angleterre. Ce à quoi les passionnés acquiesceront, tout en spécifiant qu'une partie du deuxième tome se déroule dans le Paris du Siècle des lumières. Conclusion : ne pas s'obstiner avec eux à propos d'un élément de la série. Ils auront raison.

Car non seulement sont-ils au fait des événements historiques relatés dans les livres : plusieurs d'entre eux ne savent dire au Soleil combien de fois ils ont lu chacun des tomes. Qui plus est, selon Lisa Byrne, originaire d'Écosse, le récit est ainsi construit que «le cerveau et le coeur deviennent poreux» au fil de la lecture. «On emmagasine l'information [...] et on en vient à prendre part à l'histoire.»

Voilà maintenant 24 ans que l'auteure Diana Gabaldon a lancé le premier livre de sa populaire série Le chardon et le tartan. Celle-ci raconte l'histoire de Claire, une infirmière vivant dans l'Angleterre des années 40, qui se retrouve 200 ans en arrière, moment où l'Écosse et l'Angleterre se livrent une bataille acharnée. Un récit historique, mais également dramatique, où se côtoient romance et humour, spécifient les amateurs réunis à Québec. «Ces livres sont difficiles à catégoriser» tellement ils sont denses, lance d'ailleurs Mme Byrne.

Elle met au défi quiconque de se lancer dans la lecture et de ne pas devenir accroc. Un défi lancé en toute connaissance de cause, car elle-même a découvert la série il n'y a pas si longtemps.

Elle n'en est pas moins experte en ce qui a trait à la trame narrative des livres, tout comme les 179 autres personnes du groupe actuellement réuni au Québec grâce aux organisatrices, dont font partie Audrey Landry et l'Américaine April Steele.

Le parallèle des cultures

Au-delà de l'histoire racontée dans Le chardon et le tartan, plusieurs de ces visiteurs sont des amateurs de la culture écossaise, omniprésente dans les livres. Audrey Landry raconte par exemple être prise de frissons lorsqu'elle entend un air de cornemuse. L'Écossais Àdhamh Ó Broin a quant à lui agi à titre de conseiller en gaélique pour la série télévisée Outlander, tirée des romans et diffusée aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis l'an dernier.

Et malgré les différences marquées entre l'Écosse et le Québec, plusieurs - les Écossais en premier - remarquent un parallèle entre les deux cultures. Une comparaison qui mène rapidement à des discussions politiques. «Combien de temps s'est écoulé entre vos deux référendums? Quinze ans? Nous, ce sera beaucoup moins long! Ce sera fait dans trois ou quatre ans.»

Un autre Écossais présent, Gillebride MacMillan, se dit par ailleurs impressionné par la situation du français au Québec. «Je suis jaloux du Québec. Le français a l'air vraiment en santé», affirme-t-il, faisant référence à la situation précaire de la langue gaélique sur sa terre natale.

Les 180 férus des livres Le chardon et le tartan seront à Québec jusqu'à samedi. Plusieurs d'entre eux participeront demain au Bal de la noblesse, tenu par les Fêtes de la Nouvelle-France, et le feront dans leurs plus beaux habits d'époque, dont bon nombre ont été confectionnés à la main.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer