Aires de baignade: la sécurité, pas que pour les sauveteurs

La Brigade Splash se trouvait à la piscine... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La Brigade Splash se trouvait à la piscine du parc Sainte-Monique, dans l'arrondissement des Rivières. La vingtaine de jeunes du camp de jour Loisirs Duberger-Les Saules sont devenus des minisauveteurs afin d'apprendre les techniques de sauvetage de base.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les sauveteurs ont le devoir d'assurer la sécurité dans les aires de baignade. Cette responsabilité n'incombe toutefois pas qu'à eux, rappelle la Société de sauvetage du Québec. Elle est également celle des parents des jeunes baigneurs et des baigneurs eux-mêmes.

D'une année à l'autre, de nombreux sauveteurs à travers la province constatent que de jeunes enfants se présentent seuls à la piscine publique, ou encore que des parents accompagnent leurs enfants, mais ne les surveillent pas dans l'enceinte de la piscine.

«On travaille fort sur la responsabilité parentale. Les enfants sont souvent laissés à eux-mêmes, remarque Samuel Taillefer, sauveteur et membre de la Brigade Splash, qui parcourt actuellement le Québec pour promouvoir la sécurité aux abords des installations aquatiques.

«Il y a encore de la sensibilisation à faire à ce niveau-là», fait également remarquer Diane Théberge, gestionnaire aux communications à la Société de sauvetage. Et c'est la même chose en ce qui a trait aux piscines privées, ajoute-t-elle. Tout particulièrement lorsque l'accès à la piscine privée n'est pas restreint.

Heureusement, «le niveau de conscience de la population s'est amélioré» au fil du temps, indique Mme Théberge. «Dans les sites qu'on visite, l'attitude des baigneurs est très positive. [...] Les gens ont beaucoup d'ouverture.»

Depuis maintenant neuf ans, la Brigade Splash, composée de cinq équipes, parcourt la province afin de promouvoir l'adoption de comportements sécuritaires. «La Brigade Splash est une excellente façon ludique de conscientiser les baigneurs, les sauveteurs et les propriétaires à l'importance de la sécurité dans les piscines et les plages publiques», précise Stéphane Labrie, président-directeur général de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) par communiqué. À noter que la Brigade Splash est issue d'une association entre la Société de sauvetage du Québec et la RBQ.

La brigade intervient auprès du public, mais également auprès des sauveteurs eux-mêmes, à qui elle offre de la formation continue, et auprès des gestionnaires de piscines publiques, afin d'en promouvoir l'aménagement sécuritaire.

Sensibilisation

À Québec, deux de ses membres - qui couvrent également tout l'est du Québec, de Trois-Rivières à Gaspé - ont pour mandat de faire de la sensibilisation auprès des jeunes et des moins jeunes.

Vendredi, Samuel Taillefer se trouvait à la piscine du parc Sainte-Monique, dans l'arrondissement des Rivières. En présence de quelque 20 jeunes du camp de jour Loisirs Duberger-Les Saules, devenus des minisauveteurs pour l'occasion, il a effectué un exercice durant lequel les jeunes devaient «sauver» leurs moniteurs de la noyade par des techniques de sauvetage de base.

Un exercice de sensibilisation, bien sûr, mais qui peut également servir à promouvoir la formation de sauveteur. «Si on peut donner la piqûre du sauvetage à quelques-uns d'entre eux, tant mieux!» conclut Mme Théberge.

Quelque 13200 sauveteurs sont accrédités au Québec pour effectuer de la surveillance aux abords d'installations aquatiques.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer