Bicycles Falardeau: le vélo dans la peau

En 25 ans, Paul Trépanier a fabriqué de... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En 25 ans, Paul Trépanier a fabriqué de 700 à 800 vélos de marque Falardeau. Son maître mot: la légèreté.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Dans le petit atelier de Paul Trépanier, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, le vélo règne en roi et maître depuis bientôt un siècle. «J'ai appris, il n'y a pas longtemps, que le premier propriétaire, Henri Falardeau, avait emprunté 25 cennes à sa grand-mère pour acheter un kit de réparation pour les crevaisons. Un jeu de rustines, comme disent les Français...»

À Québec, Paul Trépanier est connu de tous les aficionados du vélo. Sa boutique, Bicycles Falardeau, rue Richelieu, juste derrière les condos de l'îlot Irving actuellement en construction, est le point de chute de plusieurs amoureux de la petite reine. Surtout ceux qui veulent obtenir une bécane fabriquée sur mesure. C'est la spécialité de la maison à la devanture en briques vertes.

Autour de lui, bicyclettes, selles, gilets et pièces diverses s'entassent dans un joyeux désordre, à travers papiers et documents. Pas l'endroit du high-tech et du bling-bling. Au mur, deux affiches laminées du Tour de France. Posé sur un bureau, une autre de Louis Armstrong. Car le maître des lieux, quand il n'est pas à réparer un vélo ou à en faire, est un grand amateur de musique. Dans une ancienne vie, il a travaillé chez l'ancien Musique d'Auteuil, dans le Vieux.

C'est en 1991 que Paul Trépanier a racheté le fonds de commerce de Bicycles Falardeau, alors propriété de René Falardeau, fils du fondateur Henri. «J'étais un client assidu. Je réparais des vélos chez moi, en plus de rouler. Un bon matin, je lui ai demandé s'il avait besoin d'un assistant. Il m'a dit qu'il allait y penser. Le lendemain, le téléphone sonne. C'est lui qui me demandait si je pouvais rentrer...»

Sorti d'une autre époque

Le magasin semble sorti d'une autre époque. À 100 ans pile-poil l'an prochain, pas étonnant. Petit tour du propriétaire, vite fait, bien fait, vu l'exiguïté de l'endroit. «Dans le temps, il n'y avait pas de toit au-dessus de l'atelier. Je ne sais pas comment ils faisaient pour travailler...», glisse-t-il, en ouvrant la porte du haut-côté, où s'entassent des vélos, encore et toujours, les siens, ceux de clients et d'amis. Il ouvre une trappe dans le plancher. «C'est là que j'entrepose mes boîtes de cadres.»

À partir de ces cadres made in Taiwan, Paul Trépanier fabrique sur mesure des montures Falardeau - entre 700 et 800 depuis 1997, il ne sait trop - les plus légères possible. Cette indispensable légèreté de la bécane, de plus en plus en vogue, tant chez le mordu qui débarque à sa boutique en combinaison en Lycra, que le coureur du dimanche qui en a marre de pédaler sur un poids lourd.

«Tiens, pèse ça», lance-t-il au représentant du Soleil, en lui mettant un cadre en aluminium entre les mains. Très léger, en effet. Dans une fourchette de prix variant entre 600 $ et 1200 $, Paul Trépanier peut fabriquer en moins de trois heures un vélo de course d'environ 7 ou 8 kilos, 2 ou 3 kilos supplémentaires pour un hybride.

«Je passe aussi une heure ou deux avec le client, pour l'informer, discuter de ce qu'il veut, ce qu'il ne veut pas en matière de selle, de guidons. Aujourd'hui, il se dit une chose et son contraire sur l'équipement de vélo. Il y a beaucoup de place pour la confusion. Les gens deviennent épuisés.»

Sur son blogue (bicyclesfalardeau.blogspot.com), le sexagénaire s'emploie d'ailleurs à renseigner les internautes. «Les conseils de l'oncle Paul» parlent de ses dernières trouvailles, de l'équipement, mais aussi de ses sorties à vélo.

Des kilomètres... sans compter

Paul Trépanier roule, bien sûr, mais ne saurait dire combien de kilomètres par semaine. De façon utilitaire, d'abord, matin et soir, été comme hiver, entre Saint-Jean-Baptiste et sa demeure du quartier Saint-Sacrement. Pour l'agrément, ensuite, en Chaudière-Appalaches, son coin de prédilection.

Il montre la carte de la région, bien en évidence au mur. «Entre Sainte-Marie et Beauceville, à l'est comme à l'ouest de la rivière Chaudière, il y a plein de rangs qui se prêtent au vélo. Pour ma sortie du dimanche, pour une sortie de quatre heures, je peux faire autour de 60 kilomètres.»

Le cycliste mélomane ne roule jamais, au grand jamais, avec des écouteurs sur les oreilles. «Tu connais les vers d'oreille? En vélo, il y a toujours une chanson qui me colle dans le cerveau tout le long de la randonnée. Elle tourne en boucle. Une journée, c'est une; le lendemain, une autre. Si la toune est bonne, je ne me plains pas...»

Paul Trépanier sur...

> Le port du casque de vélo

«Il faut toujours porter le casque, il n'y a aucune question à se poser. Si ta tête ne vaut pas ça... Mais une loi pour le rendre obligatoire, non. Déjà, plein de règlements ne sont même pas appliqués. Les policiers en ont plein les bras. En plus, ça risque de démotiver les gens de faire du vélo.»

> La cohabitation auto-vélo

«Il faut éviter de généraliser. C'est très hétérogène, il y a des automobilistes très courtois et d'autres sans génie. Je dirais que je me méfie davantage des piétons. Plusieurs traversent la rue sans regarder et ne m'entendent pas venir.»

> Le Tour de France

«Je ne le regarde plus, j'ai arrêté. Je suis écoeuré de la culture généralisée du mensonge autour du dopage, c'est profondément malsain. Et les fédérations sportives, on l'a vu avec la FIFA, ont surtout le rôle de garder le couvercle sur la marmite.»

> Les chutes à vélo

«Dans une épreuve comme le Grand défi Pierre-Lavoie, il y a des risques de chutes collectives. Être coureur dans un peloton, ça ne s'improvise pas. Il faut être très attentif, il peut se passer bien des choses. À ta droite, tu peux rouler avec des gars d'expérience; à ta gauche, avec des néophytes naïfs et candides. Ce sont eux qui peuvent te faire tomber.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer